Face à l’affaire Quatennens, la France insoumise attaquée de toutes parts

POLITIQUE - Un rebondissement qui crée du malaise. Céline Quatennens, l’épouse du député du Nord Adrien Quatennens, a dénoncé ce mercredi 23 novembre des « colères », des « crises » et « des violences physiques et morales » de la part de son époux, et ce depuis « plusieurs années ». Des accusations démenties par l’intéressé, mais qui plongent la France insoumise dans l’embarras.

Dans un communiqué publié par Jade Dousselin, son avocate, Adrien Quatennens « dément absolument » les accusations « mensongères » de son épouse. « Aucun de fait de violences répétées, ni de harcèlement évoqués ce matin par Céline Quatennens n’ont été retenus par le parquet », souligne le texte.

Mais il n’en reste pas moins que les nouvelles accusations ont poussé le groupe LFI à publier un communiqué annonçant son retrait des activités parlementaires jusqu’à ce que la justice rende une décision.

« C’est le minimum syndical »

Un geste insignifiant, à en croire les oppositions. Car comme vous pouvez le voir dans la vidéo en tête d’article, LFI se retrouve depuis sous le feu des critiques. Cette décision est jugée insuffisante par plusieurs personnalités : « C’est le minimum syndical de la lutte contre les violences conjugales », a estimé la secrétaire d’État Marlène Schiappa sur CNews. « Eux qui font souvent la leçon à tout le monde, ils devraient bien faire amende honorable », a renchérit le maire PS Michaël Delafosse au micro de Public Sénat.

Sur LCI, le vice-président du groupe LFI à l’Assemblée nationale a affirmé ce jeudi qu’il ne savait pas si Adrien Quatennens était actuellement en arrêt maladie. Alexis Corbière a aussi déclaré qu’il ne demandait pas la démission d’Adrien Quatennens, ce sont « les électeurs qui doivent garder le contrôle de leurs élus ».

« À ce stade, nous regardons l’agenda judiciaire […] et notre position définitive évoluera aussi en fonction », a-t-il assuré. Une prise de parole qui ne risque pas d’apaiser le feu des critiques.

À voir également sur Le HuffPost :

Lire aussi