Face à l’érosion côtière, il faudra déplacer 5000 à 50.000 habitations

Figaro Immobilier, Le, agence, AFP
L’immeuble Signal, à Soulac-sur-Mer, photographié en avril 2018. / Regis Duvignau/REUTERS

La ministre de la Transition écologique et solidaire, Élisabeth Borne, a présenté des mesures de prévention ou d’accompagnement liées à cette érosion.

Peu à peu, la question de l’érosion côtière s’installe dans le quotidien. Après cet immeuble de Soulac-sur-Mer qui a dû être abandonné par ses habitants car il est menacé par la mer, le gouvernement vient d’annoncer une série de mesures. Il veut «relocaliser» ces logements menacés, soit entre 5.000 et 50.000 habitations estimées d’ici 2100, a indiqué mercredi la ministre de la Transition écologique et solidaire, Élisabeth Borne, annonçant également des mesures de prévention des inondations.

» LIRE AUSSI - L’État va faire désamianter à ses frais cet immeuble menacé par l’érosion

«Nous voulons donner des outils aux élus pour identifier les zones qui sont menacées à moyen terme, c’est-à-dire dans moins de trente ans», a déclaré la ministre dans une interview au Parisien avant un Conseil de défense écologique organisé mercredi à l’Élysée. «Là, nous n’avons pas le choix, il faudra éviter de nouvelles constructions et relocaliser un certain nombre d’habitations et d’équipements», a poursuivi Mme Borne.

17 millions de Français exposés

Lors d’une conférence de presse à l’issue du Conseil, elle a précisé un certain nombre de mesures liées à cette érosion. Un phénomène qui concerne «20% de nos côtes», lesquelles peuvent reculer par endroits de 50 cm à 1,5 m chaque année. Comme la création d’un nouveau permis de construire, qui n’autoriserait dans les zones menacées que les structures «non pérennes et démontables». «Nous devons améliorer l’information de nos concitoyens lorsqu’ils décident de s’installer dans ces zones, nous créerons donc une obligation d’information transparente et objective pour que les acheteurs ou des locataires soient informés du risque d’érosion, comme ils le sont aujourd’hui pour les inondations», a-t-elle ajouté.

D’autre part, pour mieux protéger les 17 millions de Français exposés au risque (...) Lire la suite sur Figaro.fr

Découvrez cette aide qui protège votre maison en cas d’inondation 
Hervé Juvin face à Pascal Canfin: «L’Union européenne peut-elle être écolo?» 
Menacée par la mer, l'île de Ré se retranche 
Habiter en zone inondable, gérer le risque