Publicité

Face à la détresse du monde agricole, la remise en cause des accords de libre-échange

La remise en cause de certains accords de libre-échange de l'Union européenne figure en première ligne des revendications des syndicats agricoles français. Tous dénoncent une porte ouverte à "une concurrence déloyale", même si certains secteurs peuvent en réalité bénéficier de ces partenariats. Décryptage.

Voir des pommes chiliennes, des céréales brésiliennes ou du bœuf canadien inonder le marché européen à leurs dépens. Cette perspective est l'une des craintes brandies par les agriculteurs français qui continuent de manifester sur les autoroutes de France mardi 30 janvier. Dans leur viseur : les accords de libre-échange, ces partenariats conclus par l'Union européenne avec diverses parties du monde qui, selon les syndicats agricoles, ouvrent la voie à une concurrence déloyale.

Plusieurs accords de libre-échange ont en effet été signés par l'Union européenne ces dernières années, tous avec le même objectif : faciliter la circulation des biens et des services.

À lire aussiL'UE défend le commerce "vert", mais veut toujours étendre ses accords de libre-échange


Lire la suite sur FRANCE 24

Lire aussi:
Sur la crise agricole, Gabriel Attal promet "d'être au rendez-vous"
En Suède, Emmanuel Macron défend la Politique agricole commune et la concurrence loyale
"Des revenus en moins" : la jachère obligatoire, symbole des crispations des agriculteurs