Face à une crise du logement, la Grèce durcit les règles pour l'obtention du «visa doré»

En Grèce, le gouvernement durcit les règles d’attribution des « visas dorés ». Lancé en 2014, ce programme permet aux riches étrangers d’obtenir un permis de résidence permanent, à condition d’investir dans l’immobilier. Mais la Grèce traverse une grave crise du logement et à partir de ce 31 mars 2024, obtenir ce visa va donc couter plus cher.

Le montant de l'investissement requis pour obtenir un « visa doré » passe ainsi de 250 000 euros à 800 000 euros dans les régions grecques les plus prisées. C'est le cas pour l'Attique autour d'Athènes, pour Thessalonique ou Mykonos, et dans toutes les autres îles de plus de 3 100 habitants. Dans d'autres régions, le seuil est maintenant de 400 000 euros. Dans les autres mesures annoncées par le gouvernement, les logements acquis grâce à ce permis de résidence ne devront pas être inférieurs à 120 m2 et ne pourront plus être loués pour de courtes durées. Le ministère a également mis en place des mesures incitant à la conversion des bâtiments en habitations et à la protection des bâtiments historiques.

Le programme des « visas dorés », lancé pendant la crise économique en 2014, visait à relancer le secteur de la construction en plein marasme et freiner la chute des prix de l'immobilier. Mais dix ans plus tard, le pays fait face à une grave crise du logement. D'après la banque de Grèce, les loyers ont flambé de 20% depuis 2018 tandis que dans le même temps, le nombre de « visas dorés » n'a cessé d'augmenter. Près de 6 000 ont été accordés en 2023.

Garder les investisseurs


Lire la suite sur RFI