Face à la crise économique, "l'opération jeunes" du gouvernement

·1 min de lecture

Frappés plus cruellement que les autres par la crise économique, bousculés dans leurs études et leur vie sociale, victimes de la précarité ou de l'isolement, les jeunes seront-ils les grands sacrifiés d'une épidémie qui tue surtout leurs aînés? Parce qu'il sait que "c'est dur d'avoir 20 ans en 2020", Emmanuel Macron en a fait un des sujets prioritaires des prochains mois. "Je m'y engage : c'est pour notre jeunesse que nous devons continuer à agir, à transformer, à avancer", a-t-il martelé jeudi lors de ses voeux aux Français.

Lire aussi - Covid-19 : un rapport parlementaire préconise 75 mesures pour sauver la jeunesse

Pour lutter contre le chômage de ceux à qui nous "avons tant demandé pour sauver des vies", selon les mots du chef de l'Etat, le plan 1 jeune, 1 solution, lancé en juillet dernier dans le cadre du plan de relance, va donc être renforcé. Et certaines de ses aides prolongées, comme l'annonce au JDD la ministre du Travail, Elisabeth Borne. "Ce chantier-là, on ne peut pas le louper, souligne-t-on au sein du gouvernement. Les jeunes ont tous le sentiment de devoir faire énormément de sacrifices pour un virus qui, pensent-ils, ne les affecte pas trop. Et s'ils ont l'impression qu'on n'est pas capable de les accompagner, c'est extrêmement préoccupant. Pour le pays, pour la cohésion nationale, pour l'adhésion à la République."

Le gouvernement pousse donc les entreprises à s'engager dans cet effort : un millier d'entre elles jouent déjà le jeu. Et une trentaine de grands...


Lire la suite sur LeJDD