Face à la bronchiolite, adoptez les bons gestes !

La rédaction d'Allodocteurs.fr
L’épidémie a notamment débuté en Bretagne, en Île-de-France, en Normandie et en Provence-Alpes-Côte d’Azur. On estime qu’elle touche 400.000 bébés par an.

Tous les ans, environ 30% des enfants de moins de 2 ans sont touchés par la bronchiolite. A l’origine de la maladie, le virus respiratoire syncytial, ou VRS, qui bouche les bronches des tout-petits. Le bébé respire mal et rencontre des difficultés pour manger, boire et dormir. Selon le dernier bulletin épidémiologique hebdomadaire (BEH) de Santé publique France publié le 28 novembre, l’épidémie a déjà débuté dans neuf régions. Six autres sont en état de préépidémie. Une situation habituelle en cette période de l’année, qui ne doit pas nous faire baisser la garde pour autant : si la bronchiolite est très souvent bénigne, elle peut provoquer d’importantes complications.

"Si le bébé arrive à manger correctement, il peut lutter"

Dans les cas les plus graves, la maladie entraîne une forte augmentation de la fréquence respiratoire, des troubles digestifs (d'où des risques de déshydratation), une difficulté à s'alimenter, de l'apnée ou de la tachypnée, une cyanose et des pertes de connaissance. Si de forts troubles respiratoires se répètent au moins trois fois pendant les deux premières années de vie du bébé, on parle d'asthme du nourrisson. Une condition qui peut évoluer vers un asthme du grand enfant dans 20 à 25 % des cas.

Néanmoins, rien ne sert de paniquer : dans la majorité des cas, la bronchiolite n’entraîne pas d’hospitalisation. Les bébés infectés sont gênés pendant quelques jours et restent chez eux. Comment savoir s’il faut s’inquiéter ? Le Pr (...)

Lire la suite sur Franceinfo

A lire aussi