"Face à Baba": Éric Zemmour a trouvé des contradicteurs sur ses sujets de campagne

  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
·7 min de lecture
Dans cet article:
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.

Kassovitz, Caron, Zéribi... Le candidat a été longuement questionné sur son image de la France, sur l'immigration et la laïcité dans l'émission animée par Cyril Hanouna.

POLITIQUE - Cyril Hanouna inaugurait ce jeudi 16 décembre sa nouvelle émission politique sur C8, Face à Baba, dans laquelle il va recevoir un à un les candidats à l’élection présidentielle qui accepteront l’invitation.

Pour cette première, Éric Zemmour était sur le plateau. Le polémiste d’extrême droite a eu à répondre aux questions du présentateur vedette de la chaîne, mais a aussi dû débattre avec plusieurs invités, comme -entre autres- la ministre chargée de l’Égalité entre les femmes et les hommes Élisabeth Moreno, le militant de la cause antispéciste Aymeric Caron ou l’acteur Matthieu Kassovitz. Ce dernier, confiné chez lui, a enregistré une courte vidéo dans laquelle il interpelle Éric Zemmour sur la question du métissage en France.

“J’aurais aimé comprendre certaines logiques de sa politique, par rapport à sa propre histoire aussi, qui est proche de la mienne”, commence Matthieu Kassovitz. “J’ai dix ans de moins, mais mon père est arrivé en France dans les années 60 en tant que réfugié politique. Je suis né en France, j’ai pris la culture française, je l’ai mélangée à la culture hongroise de mon père, j’ai mélangé les religions de mes parents et je suis devenu comme vous, M. Zemmour, ce qu’est la France.”

“Nous sommes métissés et nous sommes métissés de souche maintenant. Il n’y a plus ce fantasme de la France aux blancs, la France catholique n’existe plus depuis longtemps”, poursuit l’acteur dans sa vidéo. “C’est une notion obsolète dont vous vous servez pour faire peur aux gens en parlant de ‘grand remplacement’, mais ce remplacement n’existe pas. Il n’y a qu’une évolution du monde. Le monde évolue, les gens voyagent, le métissage est inévitable.”

“Comment allez-vous faire pour placer la France dans un monde qui continue d’évoluer en voulant la refermer sur elle-même, tandis que nous avons toujours été l’étendard de cette ouverture, cette ouverture républicaine et démocratique que nous défendons tous à travers le monde et dont vous, vous êtes un des meilleurs exemples puisque vous êtes capable aujourd’hui en étant fils de juif algérien de vous présenter aujourd’hui pour être candidat à la présidence française?”, demande ainsi à Éric Zemmour Matthieu Kassovitz, avant de conclure: “Je trouve beaucoup de cynisme à cette situation.”

Bataille de chiffres avec Aymeric Caron

“Sa question est très intéressante, et je dis ça sans ironie aucune”, commence par répondre Éric Zemmour, qui confie avoir dévoré Le Bureau des Légendes pendant le confinement et “admiré” la performance de l’acteur.

“Il fait une petite confusion dans les termes. (...) Il mélange toutes les notions. Il mélange métissage, ouverture, république”, continue le candidat d’extrême droite à la présidentielle. “Moi, je suis un Français de confession juive assimilé. C’est-à-dire que je considère que (...) mon grand-père est Napoléon et ma grand-mère est Jeanne d’Arc. Dans mon sang, il n’y a pas ça: je n’étais pas à la bataille d’Eylau et aux côtés de Murat. (...) C’est là le génie de la France et c’est là qu’il ne comprend pas. Le génie de la France ce n’est pas ce qu’il dit. Le génie de la France ce n’est pas le mélange comme ça, la diversité. Le génie de la France, c’est l’assimilation et c’est le contraire du racisme. Ça veut dire que d’où qu’on vienne, où qu’on soit, quel que soit notre sang, (...) (telle) la fameuse formule de Romain Gary -’Je n’ai pas une goutte de sang français, mais la France coule dans mes veines’-, c’est ça l’assimilation, c’est culturel et c’est génial. C’est ‘nos ancêtres les Gaulois’, alors que personne n’est gaulois.”

“Et quand il dit le mythe de la France chrétienne, ce n’est pas un mythe: il n’y aurait pas de France sans le christianisme, il n’y aurait pas de France sans la culture gréco-romaine”, continue encore Éric Zemmour dans sa réponse à l’acteur. “Les immigrés (...) se sont tous imprégnés de cette culture-là. Et donc, pour que la France reste la France (...), il faut que toutes les vagues d’immigration s’imprègnent et s’assimilent à cette culture française qui est, oui, imprégnée de christianisme et de culture gréco-romaine”.

Un peu plus tard, Aymeric Caron s’assied face à lui pour débattre. Les échanges tournent alors à la bataille de chiffres. Le militant antispéciste rappelle par exemple ceux avancés par Éric Zemmour sur les mineurs isolés venus de l’étranger: 40.000 à 50.000 par an, pour un coût de 50.000 euros d’aides sociales par an par mineur, soit environ deux milliards d’euros minimum à l’année. Selon Aymeric Caron, on est plutôt entre 10.000 et 17.000 mineurs isolés étrangers arrivant par an, pour un coût de parfois 8000 euros selon le département. Les 40.000 mineurs évoqués par Éric Zemmour, “c’est la globalité de tous les mineurs isolés étrangers qui sont présents sur le territoire français”, précise alors Aymeric Caron, ce qui a le don d’irriter le polémiste.

Banlieues, laïcité et port du voile face à Karim Zéribi

Nouvelle passe d’armes, sur le nombre d’étrangers arrivant en France chaque année. Pour Éric Zemmour: 400.000 par an, soit deux millions pendant le quinquennat, un chiffre qu’il a mis en avant lors de son grand meeting à Villepinte le 5 décembre. Selon Aymeric Caron, se basant sur des chiffres de l’Insee, il y a eu en France une arrivée de 750.000 étrangers en cinq ans, car il y a des gens qui arrivent, mais il y en a qui repartent, ou décèdent (c’est le solde migratoire).

Comme l’a fact-checké LCI dans cet article, les chiffres donnés par le candidat d’extrême droite ne représentent qu’une estimation d’entrées et non une immigration définitive. Le cas des étudiants étrangers est un bon exemple: ils représentaient 90.000 personnes arrivées sur le sol français en 2019, or environ la moitié repart au bout d’un an, note LCI.

Enfin, le débat avec Karim Zéribi, conseiller municipal à Marseille pendant une douzaine d’années jusqu’à 2020, a été accroché, sur les questions de l’islam, du port du voile et de la laïcité, notamment dans les banlieues.

“Il y a d’innombrables quartiers aujourd’hui qui sont des enclaves étrangères, tenues à la fois par les mœurs islamiques et par les caïds de la banlieue. (...) Des enclaves étrangères qui s’entretiennent elles-mêmes par des apports incessants”, expose Éric Zemmour. “80% des habitants des HLM sont des Français”, lui oppose alors Karim Zéribi, qui un peu plus tôt lui avait répondu: “Vous n’y avez jamais mis un pied (dans ces quartiers)”. “Excusez-moi, je ne peux pas y mettre un pied aujourd’hui”, avait rétorqué le polémiste.

“Quand il y a des femmes voilées, excusez-moi, on n’est plus en France”, déclare un peu plus tard le candidat, qui veut interdire le voile “partout”. Comme il l’a dit dans une interview au Parisien ce jeudi, il souhaite aussi rendre les mosquées “discrètes”, “comme le sont les synagogues et les temples protestants”.

“Ce qui me pose problème dans votre logiciel, c’est votre manque de discernement, vous essentialisez tout”, regrette alors Karim Zéribi. “C’est une forme d’obsession contre les musulmans, vous partez en croisade contre les musulmans”.

Les deux s’écharpent encore sur la définition de la laïcité. “La laïcité, c’est le devoir de discrétion dans l’espace public”, selon Éric Zemmour. “Mais pas du tout, la laïcité, c’est la liberté de croire ou de ne pas croire”, répond l’ancien conseiller municipal.

D’autres accrochages et discussions tendus viendront animer le reste de cette grande première de Face à Baba, notamment cet échange entre le député insoumis Alexis Corbière et le président du mouvement “Génération Z” Stanislas Rigault.

À voir également sur Le HuffPost: Dupond-Moretti cite sa grand-mère pour tacler Zemmour après son meeting

Cet article a été initialement publié sur Le HuffPost et a été actualisé.

VIDÉO - Marine Le Pen : "Gouverner avec Zemmour ? Je veux bien lui proposer mais je crois qu’il n’a pas du tout envie"

undefinedundefined

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles