Le fabricant de robots Festo sort un nouvel animal de son bestiaire

Libération.fr
Le FlexShapeGripper n'est que le dernier d'une longue série de robots Festo inspirés du règne animal.

Inspiré de la langue du caméléon, le dispositif de cette PME allemande permet de saisir n'importe quel objet avec une précision inégalée. Mode d'emploi.

Le fabricant allemand Festo a dévoilé jeudi son dernier-né en matière de robotique : le FlexShapeGripper, un bras articulé capable de se saisir de n’importe quel objet. Outre la précision redoutable de ce nouveau bras robotique c’est surtout par son dispositif de préhension qu’il innove. Plutôt que de miser, comme la plupart des robots actuels, sur un système de pince ou de main cherchant à imiter l’humain, Festo s’est directement inspiré de la langue d’un caméléon, comme le montre la vidéo ci-dessous.


Contrairement aux premiers dispositifs de préhension de type «grip» collant, le dispositif repose sur un ballon de silicone déformable rempli d’eau et non de matériaux granuleux comme le sable ou le café moulu. Pour se saisir d’un objet, le ballon s’enroule autour de celui-ci grâce à une chambre pressurisée et des valves pneumatiques.

Le préhenseur se compose de deux chambres, l’une remplie d’air comprimé, l’autre d’eau. Cette dernière se trouve à l’intérieur du silicone déformable et correspond à la langue du caméléon. Les volumes des deux chambres sont conçus pour s’intercompenser grâce à un piston: lorsque le volume de l’une diminue, celui de l’autre augmente. Et lorsque la partie en silicone entre en contact avec l’objet, la partie supérieure contenant l’air comprimé est ventilée afin que l’autre se rétracte sur elle-même. Pendant ce temps, le bras robotique continue la poussée sur l’objet. Ces deux actions combinées permettent au capuchon de silicone de s’enrouler autour de l’objet à saisir, et ce quelle que soit sa forme.

Ce n’est pas la première fois que l’entreprise allemande pioche son inspiration dans le monde animal. Jeudi, Festo faisait également la démonstration de ses robots fourmis intelligents, capables de travailler en équipe pour déplacer des objets trop lourds pour un seul individu.



Retrouvez cet article sur Liberation.fr

En Irlande, un drone chien de berger
Soyouz relance Galileo
Le vaisseau Soyouz a décollé
Etoiles sur toile
Cryptographie, monde clés