Pour Fabien Roussel, il est "possible de garantir à chacun un emploi tout au long de sa vie"

Fabien Roussel le 20 septembre 2022 sur RMC-BFMTV - RMC
Fabien Roussel le 20 septembre 2022 sur RMC-BFMTV - RMC

"Travail". Un mot que répète Fabien Roussel sur toutes les ondes depuis quelques semaines. Son interview à BFMTV-RMC ce mardi n'a pas fait exception. "La question du sens que nous donnons au travail […] c’est le plus beau des projets que la gauche doit construire", déclare ainsi le secrétaire général du Parti communiste français (PCF).

"Comment vous expliquez qu’il y a, aujourd’hui, 5 millions de personnes en recherche d’emploi et des entreprises qui vous disent 'on est en pénurie, on n'embauche pas' […] et 800.000 personnes qui ont démissionné de leur emploi après la pandémie parce qu’elles ne se retrouvaient plus dans ce qu’elles faisaient?", a questionné Fabien Roussel.

Selon lui, il est "possible de garantir à chacun un emploi tout au long de sa vie". Le communiste fait ainsi valoir les "emplois à pourvoir pour tenir compte de la révolution écologique, l’allongement de la durée de la vie" ou encore de "la révolution informationnelle et technologique".

Fabien Roussel se défend d'opposer "travailleurs" et "chômeurs"

Le 10 septembre dernier, en marge de la Fête de l'Humanité, Fabien Roussel s'était attiré les critiques de ses partenaires de la Nouvelle union populaire écologique et sociale (Nupes) en confrontant la "gauche des allocs" et celle du "travail". Interrogé à ce sujet sur BFMTV, le député du Nord a évoqué ces "gens dans sa circonscription", qui sont "abîmés par le chômage, bousillés par des années à survivre [avec] le RSA (Revenu de solidarité active, ndlr)".

Une allocation que le patron des communistes a décrit comme un "revenu minimum pour soi-disant lutter contre la pauvreté mais [qui], en fait, installe la pauvreté dans notre pays et qui oppose chômeurs et travailleurs".

"Je ne les oppose pas", s'est défendu Fabien Roussel dans la foulée.

"Je souhaite créer ce nouveau service public de l’emploi qui permette à chacun de sortir du chômage, du RSA, pour avoir un travail et une formation", a-t-il ensuite justifié, refusant de voir en cette mesure un dispositif similaire à Pôle emploi.

Article original publié sur BFMTV.com