Fabien Azoulay: selon l'ambassade de Turquie, sa demande de transfèrement est "traitée au même niveau de priorité que les autres"

Marie Conquy, avec Mélanie Rostagnat
·2 min de lecture
Arrêté en 2017 pour avoir commandé une substance illicite en Turquie, Fabien Azoulay est incarcéré dans une prise au nord-est d'Istanbul.  - Capture d'écran - Comité de soutien de Fabien Azoulay
Arrêté en 2017 pour avoir commandé une substance illicite en Turquie, Fabien Azoulay est incarcéré dans une prise au nord-est d'Istanbul. - Capture d'écran - Comité de soutien de Fabien Azoulay

Quatre ans après son interpellation à Istanbul et alors que ses proches s'alarment de ses conditions de détention et réclament son transfèrement en France, l'ambasseur de Turquie en France Ali Onaner a réagi auprès de BFMTV au sujet de Fabien Azoulay, ce Français incarcéré dans une prison turque.

Le diplomate rappelle que le détenu "est incarcéré pour des délits qu'il reconnaît avoir comis" et assure que "sa demande de transfèrement est traitée au même niveau de priorité que les autres demandes similaires, et en collaboration avec les autorités françaises".

Condamné à 20 ans de prison en 2018 pour avoir commandé une substance illicite sur le territoire turc, avant de voir sa peine réduite à seize ans et huit mois, Fabien Azoulay, 43 ans, a été transféré dans un autre centre pénitentiaire en Turquie, après avoir été victime d'une tentative de meurtre de la part de son co-détenu. A ce sujet, l'ambassadeur Ali Onaner estime qu'il s'agit "d’un regrettable cas de violence entre détenus" et souligne que "les violences entre détenus en Turquie ne sont pas plus fréquentes que la moyenne européenne".

"Harcelé et torturé" car "Français, juif et gay"

"Le détenu victime de la violence de son co-detenu a été déplacé vers une autre prison pour être en sécurité et dans les meilleures conditions", déclare le diplomate turc qui assure que "de nos jours, les prisons en Turquie bénéficient de conditions de détention de niveau égal ou supérieur à la moyenne des autres pays européens".

Samedi, les proches de Fabien Azoulay ont lancé une pétition en ligne dans laquelle ils dénoncent "les sévices" subis par le détenu dans les prisons turques. Ils estiment qu'il se trouve "harcelé et torturé car il est Français, juif et gay".

Les avocats de la famille ont par ailleurs interpellé Emmanuel Macron afin de réclamer son extradition vers la France. Dimanche, le ministère des Affaires étrangères a indiqué être "en contact régulier avec les autorités turques pour s'enquérir de l'évolution de sa demande de transfèrement".

Article original publié sur BFMTV.com