F1 - Ferrari - Binotto : « Nous n'avons pas la vitesse »

L'Equipe.fr

Le patron de la Scuderia reste prudent après les trois premiers jours d'essais hivernaux. La Ferrari paraît en retrait par rapport à Mercedes et Red Bull. Il est 14 heures, vendredi après-midi. Les essais reprennent avec un Sebastian Vettel qui retourne en piste au volant d'une Ferrari propulsée par un moteur neuf, le précédent ayant lâché le matin. Le patron de la Scuderia, Mattia Binotto, vient devant la presse dresser le bilan de cette première semaine d'essais. Contrairement à l'an dernier, où les Ferrari avaient dominé les tests hivernaux, le sourire n'est plus de mise. Mais le boss italien ne se veut pas inquiet. Juste prudent. «Comment jugez-vous la voiture 2020 comparée à celle de 2019 qui avait été, sur la piste de Barcelone, très forte ?
Nous avons changé d'approche. On cherche d'abord à comprendre la voiture, à balayer un maximum de réglages avant de nous attaquer à la performance. En êtes-vous content ?
Elle est meilleure que l'an dernier, oui. Est-elle plus rapide ? Je ne sais pas encore. Vous souhaitiez avoir plus d'appui. Répond-elle à cet objectif ?
Elle va plus vite en virage et moins vite en ligne droite. Sur ce plan-là, oui. «Le potentiel est là» Avec vos systèmes de projection, êtes-vous capable de mesurer votre vitesse par rapport à la concurrence ? Pensez-vous être au niveau de la concurrence ?
Si vous me demandez si la Ferrari sera la plus rapide à Melbourne, je vous répondrai non. Mais je ne suis pas inquiet. Nous ne sommes pas aussi rapides que nos concurrents. Mercedes et Red Bull sont vite mais nous n'avons pas encore cherché la performance, nous le ferons la semaine prochaine. Je ne suis pas inquiet, même si nous n'avons pas la vitesse voulue et cela nous préoccupe. L'an dernier, nous étions très contents à Barcelone et l'on a vu ce qui s'est passé à la première course en Australie. Il ne faut pas l'oublier. Le potentiel est là. Il nous faut juste optimiser cette voiture. La saison est longue avec 22 Grands Prix. Aurez-vous beaucoup de nouveautés en Australie ?
Pas beaucoup, non. Il nous faut d'abord comprendre notre voiture et débloquer tout son potentiel. Et celle que vous verrez la semaine prochaine sera très prochaine de celle qui a roulé cette semaine. La saison va être longue. Nous avons le temps. »