Fêter Halloween en pleine épidémie de coronavirus, c'est possible

·2 min de lecture

Avec toutes les restrictions mises en place pour freiner l’épidémie de Covid-19, les célébrations de la fête la plus effrayante de l’année sont fortement impactées. Petit guide pour quand même s’amuser le jour (et la nuit) d’Halloween…

Difficile d’imaginer un Halloween convenable avec toutes les restrictions mises en place pour freiner la propagation du coronavirus. Et pourtant ! Sans sonner à la porte de ses voisins pour leur demander des bonbons et sans faire la fête avec ses amis déguisés en monstres et zombies, il est possible de s’amuser pour Halloween. Paris Match recense les meilleures activités pour divertir les plus grands comme les plus petits.

À la maison…

Devant sa télévision. Disponible sur Netflix, «The Haunting of Hill House» raconte l’histoire d’une famille qui fait face à ses souvenirs terrifiants, survenus dans une maison qui les a autrefois obligés à fuir. Sa saison 2 «The Haunting of Bly Manor» est tout aussi effrayante. Dix-neuf épisodes au total à savourer de jour comme de nuit…

La fête d'Halloween est le moment idéal pour découvrir ou redécouvrir «Les Noces Funèbres» de Tim Burton. Les plus jeunes n’auront pas besoin de se cacher les yeux devant ce film d’animation bouleversant.

La série française «La Révolution» récemment dévoilée sur Netflix va vous faire voyager à travers le temps. L’intrigue se déroule à la fin du XVIIIème siècle où une mystérieuse maladie déclenche un affrontement entre la noblesse et le peuple. Frousse garantie.

À lire : Notre Top 10 des meilleurs films d'horreur contemporains

Avec «American Nightmare», le couvre-feu prend des allures terrifiantes. Le film sorti en 2013 montre une Amérique dévastée par sa criminalité où ses dirigeants décident de mettre en place, chaque année, douze heures durant laquelle toutes les activités criminelles sont légales. Disponible sur Prime Video.

Les yeux clos. Fermer les yeux et laisser son imagination divaguer… Voilà le cocktail idéal pour laisser vos peurs vous envahir.(...)


Lire la suite sur Paris Match