Fête du travail: violences et dégradations émaillent le défilé à Paris

MANIFESTATION - Vitrines cassées, incendies... La manifestation parisienne de ce dimanche 1er mai, à l’occasion de la fête du travail, a été le théâtre de nombreuses dégradations sur les commerces et dans les rues, comme vous pouvez le voir dans la vidéo en tête de cet article.

Les accrochages ont commencé dès le début des rassemblements, entre policiers et groupes de personnes vêtues de noir. Dans le cours de l’après-midi, notre reporter Pierre Tremblay, qui couvrait le cortège, a été témoin de ces actes et de “tensions importantes”. Sur ses vidéos, des dizaines de personnes habillées de noir s’écartent d’un feu allumé en pleine rue. “Plusieurs dégradations de commerces (McDo, banques, assurances). Feux allumés dans les rues”, a-t-il décrit.

Un pompier frappé

Un autre journaliste présent sur place a publié une vidéo de ce même McDonald’s, boulevard Voltaire, qui est pris pour cible par une dizaine d’individus. L’un d’entre eux tente de casser les vitres avec une chaise, tandis qu’un autre demande aux passants d’arrêter de filmer.

Boulevard Voltaire toujours, d’autres journalistes ont également posté des images de personnes tentant de détruire des vitrines, d’un côté d’une banque, de l’autre d’une agence d’intérim.

Par ailleurs, un pompier de Paris aurait été “frappé par un manifestant”, selon Grégory Allione du syndicat FNSPF (Fédération nationale des sapeurs-pompiers de France). Des vidéos sur les réseaux sociaux, reprises de BFM TV, montrent une femme bousculant le soldat du feu pour l’empêcher d’éteindre un incendie, avant de lui taper sur le casque à deux reprises.

Cet acte aurait “empêch(é) l’unité de secours engagée d’éteindre l’incendie pour protéger les riverains et les biens. Qu’il soit repéré et puni”, réclame Grégory Allione. La préfecture de police a réagi sur Twitter. Elle “condamne fermement la scandaleuse attaque dont ont été victimes les pompiers de Paris”. Ces derniers ont également dénoncé “la sauvagerie” de cette “agression”. La femme soupçonnée d’avoir frappé le pompier a été interpellée.

“Inacceptables”

Le ministre de l’Intérieur Gérald Darmanin a rapidement condamné ces violences. “Des casseurs viennent perturber les manifestations du 1er mai notamment à Paris, en commettant des violences inacceptables. Je suis cela avec attention. Plein soutien aux policiers et gendarmes mobilisés, garants de la liberté de manifester et de l’ordre public”, a-t-il écrit sur Twitter. Il a précisé plus tard que 54 personnes avaient été interpellées.

De son côté, Jean-Luc Mélenchon, le leader de La France Insoumise qui était présent dans la manifestation, a regretté ces dégradations. “Les violences parasites du 1er-mai invisibilisent la marche des syndicats et servent la propagande à nos pires adversaires. Ras le bol”, a-t-il regretté sur Twitter. Il dénonce l’inaction de la préfecture,“incapable de garantir le droit de manifester en paix” selon lui.

Dans une intervention, Gérald Darmanin n’a pas manqué de tacler celui qui est arrivé troisième de la présidentielle. “Monsieur Mélenchon tient un double discours: à l’Assemblée nationale, il refuse de donner des moyens supplémentaires aux policiers pour lutter contre les casseurs et veut même les désarmer. Au lieu de s’en prendre aux fonctionnaires de la République, il devrait les soutenir!”, a-t-il déclaré, qualifiant Jean-Luc Mélenchon de “pompier-pyromane”.

À voir également aussi sur Le Huffpost: Salaires, retraites, écologie, contre Macron...: voici pourquoi ils manifestent ce 1er-mai

Cet article a été initialement publié sur Le HuffPost et a été actualisé.

LIRE AUSSI:

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles