Fête nationale. En Australie, des manifestations contre le “Jour de l’invasion”

Sky News (Londres)
·2 min de lecture

Ce mardi 26 janvier est célébré l’Australia Day (“Jour de l’Australie”) en lien avec la première colonie britannique sur l’île, en 1788. Si la fête nationale est synonyme de fierté pour une partie de la population, pour d’autres, elle est un douloureux rappel des souffrances des aborigènes. Plusieurs manifestations ont été organisées à travers le pays pour dénoncer l’Invasion Day (“Jour de l’invasion”).

“Si vous regardez ça, il est probable que vous fassiez partie de ceux qui ont gagné à la grande loterie de la vie : vous êtes Australien”, amorce Chris Kenny, présentateur de Sky News Australia. “Nous célébrons notre glorieuse nation et nous en profitons. Personne n’est mieux loti que nous”, s’enorgueillit-il, décrivant la fête nationale australienne comme “​une nouvelle journée de bonheur absolu dans ce pays béni”. Un enthousiasme qui est toutefois loin de faire l’unanimité parmi la population.

<![CDATA[/* ><!]]>*/

Célébré ce mardi 26 janvier, l’Australia Day (“Jour de l’Australie”) est commémoré à cette date en raison de l’arrivée des navires britanniques sur la côte est de l’île, dans la crique de Sydney Cove, le 26 janvier 1788. Depuis 1935, cette fête est censée célébrer l’unité nationale plutôt que l’arrivée des colons. Mais pour ses détracteurs, elle reste associée aux colonies européennes et aux souffrances des aborigènes.

“Jour de l’invasion”

Ainsi, plusieurs manifestations ont été organisées ce mardi contre ce que certains appellent l’Invasion Day (“Jour de l’invasion”). À Brisbane, dans l’État du Queensland, quelque 5 000 protestataires étaient par exemple réunis, comme le rapporte Sky News dans une autre vidéo :

<![CDATA[/* ><!]]>*/

Sur les pancartes brandies lors de ce rassemblement, on pouvait voir des slogans tels que “Not the queen’s land” (“Notre pays n’est pas à la reine”) – jeu de mots en référence au nom de l’État australien du Queensland – ou encore “No pride in genocide” (“Le génocide n’est pas une

[...] Lire la suite sur Courrier international

À lire aussi :