Une fête sans masque au ministère des outre-mer? Le gouvernement réplique

·4 min de lecture
Le ministre des outre-mer Sébastien Lecornu, ici à l'Elysée en mai 2020, est forcé de se défendre après la publication d'une vidéo prise à son ministère lors d'une fête donnée en marge du congrès des maires.  (Photo: Gonzalo Fuentes via Reuters)
Le ministre des outre-mer Sébastien Lecornu, ici à l'Elysée en mai 2020, est forcé de se défendre après la publication d'une vidéo prise à son ministère lors d'une fête donnée en marge du congrès des maires. (Photo: Gonzalo Fuentes via Reuters)

POLITIQUE - Les gestes barrières étaient comme le rhum: arrangés. Mediapart a publié, mardi 23 novembre au soir, une enquête sur les festivités organisées dans différents ministères en marge du congrès des maires de France, une semaine plus tôt. Outre Jean Castex, testé positif au Covid et confiné depuis lundi, le média d’investigation insiste sur une réception organisée le 16 novembre dernier au ministère des outre-mer.

“Une soirée rhum”, selon les mots de l’un des deux journalistes auteurs de l’article, résumée en une vidéo de vingt secondes sur les réseaux sociaux. On peut y voir des élus ultramarins agglutinés, en train de discuter, un verre à la main, sans masque, pour la plupart.

Sébastien Lecornu, qui n’apparaît pas dans la séquence a lui-même participé à cet “apéritif dînatoire” entre 20h10 à 21h35, selon le récit de son ministère. Et il portait un masque, selon ce même communiqué.

Mélenchon réagit

Pas de quoi stopper le début de polémique. Publiée ce mercredi, dans un contexte de reprise épidémique “fulgurante” et de tensions croissantes dans certains territoires d’outre-mer, la vidéo trouve un écho particulier sur les réseaux sociaux. Jean-Luc Mélenchon a été l’un des premiers à s’en emparer, reprochant au “ministère des outre-mer de faire la fête”, en “pleine crise en Guadeloupe.”

“Thomas Sankara disait: ‘il faut choisir entre le champagne pour quelques-uns et l’eau potable pour tous’. On y est”, cingle le chef de file de la France insoumise sur son compte Twitter, en référence au héros du mouvement des non-alignés.

Rien de tout cela, pour le gouvernement et sa majorité. La porte-parole de la République en marche a immédiatement répondu au député des Bouches-du-Rhône, le qualifiant de “monsieur polémiques”, pour mieux affirmer que “les règles sanitaires en vigueur étaient respectées.” “Votre cynisme vous conduit à mépriser nos élus ultramarins oubliant que vos relais politiques y étaient”, écrit ainsi Prisca Thévenot, toujours sur les réseaux sociaux.

Comment le gouvernement se défend

Des éléments répétés quelques minutes plus tard par le porte-parole du gouvernement, interrogé, par la presse à ce sujet, au sortir du conseil des ministres. “Nous avons évidemment à être scrupuleux”, a d’abord affirmé Gabriel Attal, avant d’insinuer que ses collègues, Sébastien Lecornu en tête, l’ont été.

“Nous avons, comme tous les Français un devoir, une responsabilité de vigilance. Et je crois, que nous avons en plus de cela, évidemment, un devoir d’exemplarité”, a-t-il ainsi poursuivi, “vous évoquez des images qui sont relayées sur les réseaux sociaux. Ce que je veux rappeler simplement, c’est que pour l’ensemble des événements qui sont organisés par les ministres ou dans les ministères, il y a une demande très claire du président de la République et du Premier ministre qui est de respecter les règles et les protocoles sanitaires.”

Or, “aujourd’hui, les règles et les protocoles qui s’appliquent prévoient que dans les lieux ou rassemblements soumis au pass sanitaire, vous pouvez retirer le masque.” Comprendre: la réception donnée au ministère des outre-mer, l’a été dans les règles de l’art anti-Covid.

Ce que le principal intéressé martèle dans un communiqué publié à la mi-journée. “Environ 300 personnes étaient présentes, sur toute la durée de l’événement, et donc pas en simultané. Depuis le 30 juin 2021, il n’y a plus de limite de jauge pour les établissements recevant du public”, écrit notamment le service presse de Sébastien Lecornu, ajoutant, que “le pass sanitaire pour l’ensemble des participants était contrôlé”, alors que le protocole en vigueur l’oblige “que pour les événements de plus de 1000 personnes.” Circulez, il n’y a rien à voir.

À voir également sur le HuffPost: Olivier Véran n’a pas loupé ce député LR qui étrillait la politique sanitaire “sans cap” du gouvernement

Cet article a été initialement publié sur Le HuffPost et a été actualisé.

LIRE AUSSI:

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles