Fête clandestine à Lyon : le procès d'une jeunesse qui craque

·1 min de lecture

Fin mars, les images de centaines de jeunes agglutinés sur les quais de Saône, filmés en train de danser et de boire comme si le Covid-19 n'était plus qu'un lointain souvenir, tournaient en boucle sur les chaînes d'information. Les deux frères à l’initiative de la fête comparaissaient ce mardi 27 avril devant le tribunal correctionnel de Lyon.

C'était le dernier dossier de la pile, ce 27 avril. Le tribunal correctionnel de Lyon a d'abord envoyé en prison un SDF pour vol à la roulotte, jugé un maçon pickpocket, condamné un jeune Marocain sous le coup d'une obligation de quitter le territoire français et qui avait refusé de se soustraire au test PCR indispensable à son expulsion, et examiné encore une dizaine d'affaires en comparution immédiate expédiées tambour battant. Puis il s'est penché, en fin de soirée, sur une histoire bien moins coutumière des prétoires.Le 30 mars dernier, deux frères, de 23 et 26 ans, amateurs de bon son et d’apéros entre potes, publiaient une story (un contenu éphémère) sur le compte Instagram de leur association " de promotion de la scène musicale et de l'art ". Un appel à les rejoindre " en nombre " sur les quais de Saône, en plein centre-ville. Les frangins n'en sont pas à leur coup d'essai : ils ont déjà réuni plusieurs fois quinze à vingt copains autour d'une enceinte Bluetooth dans des parcs de l'agglomération lyonnaise, l'été dernier, " quand on était plus libres… " Et assurent qu'ils n'attendent pas plus de monde ce jour-là." On...

Lire la suite sur Marianne

A lire aussi

Plus de 90% des journalistes de "20 Minutes" en grève, opposés aux suppressions de postes

"Moi, Christiane F., 13 ans, droguée, prostituée" : trop propre pour être crédible

Motion de défiance contre la direction de 20 Minutes : "On va droit dans le mur"

20 départements sous "surveillance renforcée", pas de mesures immédiates : les annonces de Castex

"Un pull à 20 euros, c’est ce que je mange en une semaine" : ce que coûte le Covid aux Français