Fête aux Buttes-Chaumont : un collectif de fêtards est-il lié à l'événement ?

·1 min de lecture

Une fête a réuni des centaines de jeunes au parc des Buttes-Chaumont à Paris ce dimanche 25 avril, malgré les restrictions sanitaires. Le parquet de Paris a ouvert une enquête. Un collectif qui organise des fêtes pourrait être directement lié à l'événement.

Ce dimanche 25 avril, plusieurs centaines de jeunes franciliens ont dansé au cœur du parc des Buttes-Chaumont autour d’une puissante enceinte. Ils ne portaient pour la plupart pas de masques, et étaient en évidente contradiction avec les mesures sanitaires en vigueur qui proscrivent les rassemblements de plus de 6 personnes. Présentée comme improvisée et spontanée, la fête a duré une heure et a été interrompue par des agents de la ville de Paris avant le couvre-feu de 19 heures.Les images de cette fête d’après-midi dans un des parcs les plus fréquentés de la capitale ont suscité de nombreuses réactions. Le député de la 16e circonscription où se trouve le parc, l’ancien ministre Mounir Mahjoubi, a exprimé sa " consternation " et sa " tristesse ", en expliquant que les fêtards avaient " mis en danger tous les gens qui leur sont chers ". Le porte-parole du gouvernement Gabriel Attal a assuré qu’il faudrait " trouver les organisateurs " pour les poursuivre. Le préfet de police de Paris Didier Lallement a d’ailleurs signalé les faits à la justice ce lundi, a confirmé la préfecture auprès de Marianne.Ce mardi 27 avril, le parquet de Paris a annoncé à Marianne l'ouverture d'une enquête pour mise en danger d'autrui et...

Lire la suite sur Marianne

A lire aussi

"Moi, Christiane F., 13 ans, droguée, prostituée" : trop propre pour être crédible

Motion de défiance contre la direction de 20 Minutes : "On va droit dans le mur"

20 départements sous "surveillance renforcée", pas de mesures immédiates : les annonces de Castex

"Un pull à 20 euros, c’est ce que je mange en une semaine" : ce que coûte le Covid aux Français

Vente du F-35 américain aux Émirats arabes unis : "C'est l'Iran qui se trouve dans le collimateur, pas Israël"