"On a fêté ça, c’était une grande joie" : de jeunes Irakiens se réjouissent de la mort de Qassem Soleimani

Gilles Gallinaro, Omar Ouahmane, franceinfo

Sur la place Tahrir en plein cœur de Bagdad, épicentre de la révolte de la jeunesse irakienne contre le gouvernement, on ne regrette pas Qassem Soleimani. Pour ces jeunes, il est le symbole de la mainmise de l’Iran sur leur pays. "Quand on a appris la nouvelle, on a fêté ça, c’était une grande joie", décrit Mohamed, âgé de 24 ans, qui comme des centaines de jeunes Irakiens est descendu dans la rue pour exprimer sa joie après l'annonce de la mort du puissant général iranien.

Il a détruit notre pays durant seize années.

Nizar, jeune Irakien

à franceinfo

Qassem Soleimani est considéré comme l'architecte de la répression à balles réelles, qui s'est abattue sur les manifestants pacifiques qui protestent contre la corruption, le chômage et la déliquescence des services publics dans leur pays. Une répression qui a causé la mort de centaines de personnes."Pour nous c’était un terroriste comme Aboubakar Al Bagdadi, explique Nizar, âgé d'une vingtaine d’années. Soleimani et Bagdadi sont les deux faces d’une même pièce."

Peur pour l'avenir de l'Irak

Si certains jubilent d’autres comme Tiba, 21 ans, une étudiante en sciences politiques, ont peur des représailles des milices pro-iraniennes. "Je suis vraiment heureuse, à 100%. Franchement il était la cause de la destruction de notre pays, explique-t-elle. Mais je suis inquiète pour (...)

Lire la suite sur Franceinfo

A lire aussi