Féminicide. Neuf ans après les faits, un soldat britannique accusé du meurtre d’une jeune Kényane

·2 min de lecture

En 2012, le corps d’Agnes Wanjiru, 21 ans, avait été retrouvé dans la fosse septique d’un hôtel de Nanyuki, au Kenya. Un soldat britannique est accusé par d’anciens camarades d’être l’auteur de ce meurtre, a révélé The Sunday Times. Plusieurs militaires assurent que le crime aurait été couvert par l’armée britannique.

C’est l’histoire d’un crime qui a “provoqué la colère” et “pose de nombreuses questions”, écrit le quotidien kényan The Standard. Neuf ans après la découverte du corps d’une femme de 21 ans dans la fosse septique d’un hôtel de Nanyuki, au Kenya, en 2012, un journal britannique révèle qu’un soldat est accusé du meurtre par des camarades. Devenu “un secret de Polichinelle” au sein de leur régiment, l’assassinat d’Agnes Wanjiru au cours d’une soirée arrosée aurait été couvert par la hiérarchie militaire britannique.

À lire aussi: Prostitution. Au Kenya, les “beach boys” victimes de trafic sexuel

Dans une longue enquête parue le 23 octobre, The Sunday Times raconte qu’Agnes Wanjiru a été aperçue pour la dernière fois un soir de mars 2012, entrant dans une chambre d’hôtel de Nanyuki en compagnie de deux hommes en uniforme. D’après l’hebdomadaire, cette nuit-là, un groupe de soldats britanniques stationnés sur une base d’entraînement voisine partagent des chambres et passent de l’une à l’autre en compagnie de prostituées. Coiffeuse, Agnes Wanjiru s’était récemment tournée vers la prostitution pour subvenir aux besoins de son nouveau-né, explique le journal.

“Ils m’ont dit de me taire”

Dans la soirée, un soldat raconte qu’un de ses camarades serait venu lui demander de l’aide au bar de l’hôtel, paniqué. “Il m’a emmené vers la fosse et il l’a ouverte […]. Ça m’a retourné le cœur”, raconte le “soldat Y”. Le militaire affirme avoir alerté sa hiérarchie, en vain. “En

[...] Lire la suite sur Courrier international

À lire aussi :

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles