"Je félicite ceux qui avaient prévu" la pandémie "une fois qu'elle a eu lieu" : le Scud à peine voilé de Macron à Buzyn

Emmanuel Macron a peu goûté les déclarations de son ancienne ministre dans

Il est pourtant d’usage de ne pas tirer sur les ambulances… surtout en pleine pandémie ! Ce vendredi 20 mars, en ouverture du conseil de défense au ministère de l’Intérieur, Emmanuel Macron a fait tomber la foudre jupitérienne sur la tête de son ancienne ministre de la Santé, Agnès Buzyn, arrivée en troisième position au premier tour des municipales dimanche dernier avec 17,26% des voix.

Lire aussi Municipales : à Paris, Hidalgo règne sans partage

Je félicite toutes celles et ceux qui avaient prévu tous les éléments de la crise une fois qu'elle a eu lieu, les commentateurs en sont plein”, a lancé avec ironie le président de la République, en référence aux propos d’Agnès Buzyn dans Le Monde mardi dernier : l’ex-candidate, désormais retirée de la course à l’hôtel de ville, assurait avoir alarmé l’exécutif de l’imminence de la crise sanitaire due à l’épidémie de Covid-19, qualifiant de “mascarade” la décision de maintenir les élections à la même date.

Quand j’ai quitté le ministère, je pleurais parce que je savais que la vague du tsunami était devant nous. Je suis partie en sachant que les élections n’auraient pas lieu

Lire la suite