La Fédération nationale des cinémas de France critique la solution des drive-in pour suppléer à la fermeture des salles

franceinfo Culture avec agences

Un festival itinérant qui débute samedi 16 mai à Bordeaux, où le public regarde le film de sa voiture, fait grincer des dents la Fédération des cinémas pour qui la priorité après le confinement est "la réouverture des salles".

>> Coronavirus : suivez en direct toutes les informations liées à la pandémie de Covid-19

"Offre culturelle, pas commerciale"

"La FNCF regrette profondément les dégâts médiatiques et économiques que provoqueront ces manifestations qui détournent les spectateurs, les médias, l'administration locale et nationale du seul combat à mener : la réouverture des salles", a-t-elle jugé dans un communiqué qui vise à la fois les drive-in et les projections de films en extérieur classiques.

Alors que les salles sont toujours fermées à cause de l'épidémie de Covid-19, le festival Drive-in démarre samedi à Bordeaux pour 10 jours avant d'aller à Marseille et dans les Hauts-de-France. Le programme est varié : l'oscarisé Parasite, la comédie Le Grand Bain, Les invisibles, etc...

"On veut simplement proposer une offre culturelle pendant le déconfinement, pas créer une offre commerciale", a assuré à l'AFP l'un de ses organisateurs, Mathieu Robinet, ancien directeur général de Bacs films, l'un des studios indépendants majeurs en Europe.

Selon lui, "le Drive-In Festival n'a pas de potentiel commercial" car il n'est possible que grâce aux 35 bénévoles de l'association Drive-in festival (...)

Lire la suite sur Franceinfo

A lire aussi