Comment la Fédération française de tennis veut redonner envie de jouer

·1 min de lecture

Au bord du court Philippe-Chatrier au stade Roland Garros, la directrice générale de la FFT Amélie Oudéa-Castéra dresse un bilan attristant pour le tennis : ce sport ne fait plus vraiment rêver. "Il y a une érosion du nombre de licenciés depuis 30 ans. Elle est particulièrement marquée sur les 10 dernières années", confie-t-elle dans l'émission La France Bouge sur Europe 1. La fédération compte aujourd’hui 970.000 joueurs alors qu’ils étaient 1,4 million auparavant.

Pour Amélie Oudéa-Castéra, il est "impossible de se satisfaire de ça". "D’autant plus que la situation n’est pas la même pour les autres fédérations olympiques qui ont réussi à faire grimper leur base de licenciés", poursuit-elle.

Redonner vie aux clubs

Pour redonner envie de jouer au tennis, il faut d’abord se tourner vers les 7.500 clubs français. Il s'agit de "remettre beaucoup plus de convivialité dans les clubs en leur fournissant les bons apports sur les solutions de parrainage", clame Amélie Oudéa-Castéra. La directrice générale de la FFT souhaite faire intervenir plus régulièrement des ambassadeurs stars sur le terrain. Une bonne solution pour "faire rêver les jeunes", d’après elle.

>> Retrouvez toutes les émissions de La France bouge de 13h à 14h sur Europe 1 ainsi qu’en replay et en podcast ici

Accueillir les nouvelles disciplines

Si le tennis date d’il y a près de deux siècles, la discipline sait tout de même se renouveler. Et cela représente un atout pour l’avenir de ce sport. Certains nouveaux for...


Lire la suite sur Europe1