Fédération Française de Football : Noël Le Graët, le "phare dans la tempête" ?

·1 min de lecture

"On n'éteint pas le phare quand on est dans la tempête". Voici comment la garde rapprochée de Noël Le Graët résume sa quatrième candidature à la présidence de la FFF, officialisée, sans surprise, jeudi. Le Breton de 79 ans, dans le paysage médiatico-footballistique depuis plus de 30 ans, a été l'un des grands artisans du renouveau de la Fédération française de foot, meurtrie par la grève des Bleus à Knysna en 2010. Malgré une santé vacillante ces dernières années, et un âge rappelé par ses détracteurs, Noël Le Graët repart donc au combat.

>> LIRE AUSSI - Deschamps, Benzema, Aulas : Noël Le Graët se confie sur Europe 1

"Tu lui retires le football, il meurt, c'est sa raison de vivre", confie à Europe 1 un cacique de la "Fédé". "Avec son expérience, il a atteint l'âge de la maturité, aussi bien dans le foot français qu'à l'international [il est membre du Comex de la Fifa, ndlr), il travaille pour l'intérêt général du football français."

"Réenchanter la société avec le football"

"Il est important de garder cette stabilité en cette période de crise", estime Brigitte Henriques qui, sous la présidence de Noël Le Graët, a été promue secrétaire générale puis vice-présidente de la FFF, en charge notamment du plan de féminisation du foot tricolore. "On aura besoin d'aider les clubs. L'expertise et la proximité qu'on peut avoir dans notre organisation va nous le permettre", précise-t-elle sur Europe 1.

>> LIRE AUSSI - Qui sont ces femmes qui dirigent dans le monde du football ?...


Lire la suite sur Europe1