EXTRAIT - Dans le foot moderne, "plus rien ne dépasse chez les joueurs", regrette l'écrivain Olivier Guez