Extraction de sable à Lannion : "Il faut arrêter d'être hypocrite et savoir ce que veut la société"

franceinfo
Extraction de sable à Lannion : "Il faut arrêter d'être hypocrite et savoir ce que veut la société"

Les opposants à l’extraction de sable en baie de Lannion, autorisée par Emmanuel Macron en 2015, se sont mobilisés dimanche 13 août à Trébeurden, en Bretagne. Les manifestants comptent former une chaîne humaine pour écrire SOS afin d'interpeller le gouvernement et surtout Nicolas Hulot, en amont de la réunion de conciliation qui doit avoir lieu le 30 août à Bercy. Les opposants reprochent notamment à la société d'exploitation ses méthodes, les pompages de la dune réalisés de nuit.

"Il faut arrêter d'être hypocrite et savoir ce que veut la société ou ce que l'on veut localement", a réagi sur franceinfo Paul Fattal, géographe et professeur à l'université de Nantes.

franceinfo : L'extraction est donc un choix de la société ?

Paul Fattal : C'est à la société de déterminer ce qu'elle veut, mais en sachant tous les impacts induits qu'elle peut provoquer. On peut très bien avoir une posture qui dit que l'on ne veut pas exploiter du sable en mer parce que cela a des impacts sur le vivant mais aussi sur l'érosion. On sait très bien que, sur le littoral, il y a une forte pression foncière, touristique. En réalité, c'est la société qui détermine, mais il faut aussi qu'il y ait des experts qui disent : "Attention, danger". Mais on ne peut pas tout le temps tourner autour du pot et dire : "C'est la faute de". C'est la société collectivement qui choisit.

Prélever du sable marin est-il néfaste pour l'environnement ?

C'est assez compliqué. Il y a deux entrées : l'étude des sédiments au fond et l'étude biologique. Au-delà d'une certaine profondeur, 50 m, exploiter du sable, sauf s'il y a un habitat particulier, cela peut s'entendre. Par contre, lorsqu'on atteint des profondeurs faibles, il vaut mieux éviter parce que d'une certaine manière on ponctionne un stock sédimentaire et forcément il y a un déficit ailleurs. Je pense que c'est ce que craignent les (...) Lire la suite sur Francetv info

Recyclage : comment la France gère-t-elle ses déchets ?
Recyclage : la Chine ne veut plus être la poubelle de l’Occident
Plus de 300 tonnes de déchets à destination de l'étranger saisis par la douane française en juin
Érosion du littoral : "Le sable est le défi numéro un du XXIe siècle"
Une sénatrice défend la loi coton-tige

En utilisant Yahoo vous acceptez les cookies de Yahoo/ses partenaires aux fins de personnalisation et autres usages