Extrême droite, islam… Cécile Duflot attaque les dirigeants de la gauche

Par LePoint.fr
·1 min de lecture
« Cette fois, le débat semble devenir : peut-on [battre Marine Le Pen] ? Et je trouve cela vertigineux comme acceptation d’une défaite annoncée », a dénoncé Cécile Duflot. (Photo d'illustration)
« Cette fois, le débat semble devenir : peut-on [battre Marine Le Pen] ? Et je trouve cela vertigineux comme acceptation d’une défaite annoncée », a dénoncé Cécile Duflot. (Photo d'illustration)

Elle a beau avoir rangé ses habits ministériels il y a déjà longtemps, Cécile Duflot n'en reste pas moins très préoccupée par l'état démocratique et social de la France. Sa plus grande inquiétude ? De voir Marine Le Pen arriver à l'Élysée en 2022. Sa solution ? La gauche et les écologistes doivent impérativement se mettre d'accord et s'allier pour éviter ce qu'elle considère, dans les colonnes du Monde ce 10 février, comme un « désastre » démocratique. Et d'ailleurs, la dirigeante d'Oxfam France n'hésite pas à railler l'attitude des dirigeants de la gauche vis-à-vis de la montée de l'extrême droite en France et sur ses thèmes de prédilection tel l'islam.

Cécile Duflot n'y va pas par quatre chemins : elle se dit « à la fois inquiète et consternée », face au manque d'unité de la gauche à un peu plus d'un an de l'élection présidentielle de 2022. Interrogée sur une possible arrivée de l'extrême droite au sommet de l'État, elle déplore qu'une « partie des dirigeants de la gauche considèrent presque cette situation comme une fatalité ».

Un silence incompréhensible

Pire, selon elle, il s'agit carrément d'une « renonciation » de la gauche qui « nourrit un débat politique qui se polarise autour des questions de l'islam, oubliant que les deux enjeux majeurs sont la désespérance sociale issue de l'aggravation des inégalités et l'inéluctabilité de la crise écologique ».

À LIRE AUSSIComment Marine Le Pen veut mettre l'islamisme hors la loi

Alors que l'alliance entre gauche [...] Lire la suite