Extrême, absolue, relative : comment sont définies les urgences ?

Pixabay.com

L'urgence relative constitue le premier stade en matière de triage des patients sur une scène regroupant un grand nombre de blessés, mais également dans les services d'urgence qui sont parfois surchargés. On parle d'urgence relative pour qualifier l'état d'un patient dont le pronostic vital n'est absolument pas engagé et qui pourra bénéficier de soins ultérieurement, c'est-à-dire après des blessés plus touchés. Généralement, le patient ne présente pas de saignements importants ni de traumatisme crânien et reste pleinement conscient, sans signe de désorientation. Son délai de traitement peut ainsi être étendu comparativement à d'autres blessés. On dit que son état est « stable ».

On parle d'urgence absolue pour qualifier l'état d'un patient dont le pronostic vital est engagé. Dans ce cas, le médecin n'est pas en mesure de déterminer l'évolution de l'état du patient dans les minutes ou les heures à venir. Contrairement à l'urgence relative qui peut attendre, le patient en urgence absolue doit bénéficier de soins adaptés le plus rapidement possible. Lorsque la prise en charge est opérée sur un lieu de catastrophe, il n'est pas rare que les premiers gestes de secours soient réalisés directement sur place ; le but étant de stabiliser le patient pour permettre son transport vers une structure hospitalière.

Il s'agit du niveau d'urgence le plus haut. Un patient placé dans cette catégorie par le médecin chargé du triage doit recevoir des soins immédiatement. Généralement, les blessés en (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Covid : plus les infections sont répétées, plus il y a de risque sur la santé
Les traditions culinaires pour vivre plus longtemps
Incontinence urinaire : les exercices qui peuvent vous être utiles
Comment savoir si on est atteinte de l'endométriose ?
Les meilleurs exercices pour muscler votre périnée