Expulsions : la France met la pression sur les pays du Maghreb

·1 min de lecture
Cette annonce intervient alors que les relations entre Paris et Rabat sont particulièrement tendues à la suite de l'affaire Pegasus, du nom du logiciel d'espionnage conçu par l'entreprise israélienne NSO Group.
Cette annonce intervient alors que les relations entre Paris et Rabat sont particulièrement tendues à la suite de l'affaire Pegasus, du nom du logiciel d'espionnage conçu par l'entreprise israélienne NSO Group.

La France tape du poing sur la table face au Maghreb en annonçant ce mardi 28 septembre la réduction du nombre de visas accordés, donnant des gages à la droite et à l?extrême droite sur l?immigration à moins de sept mois de la présidentielle, en plein regain de nervosité des relations avec ces pays.

L?octroi de visas sera durci d?ici quelques semaines pour les ressortissants du Maroc, de l?Algérie et de la Tunisie, pays qui « refusent » de délivrer les laissez-passer consulaires nécessaires au retour des immigrés refoulés de France, a annoncé le porte-parole du gouvernement, Gabriel Attal, sur Europe 1.

« C?est une décision drastique, c?est une décision inédite, mais c?est une décision rendue nécessaire par le fait que ces pays n?acceptent pas de reprendre des ressortissants que nous ne souhaitons pas et ne pouvons pas garder en France », a-t-il justifié. Il a ainsi confirmé une information de la radio qui évoquait une baisse à venir de 50 % du nombre de visas délivrés pour les ressortissants du Maroc et de l?Algérie et de 33 % pour ceux de Tunisie.

Plus de 7 700 obligations de quitter la France

Le gouvernement assure avoir fait assez preuve de patience depuis les premières négociations, en 2018, sur ce sujet et, accusé par la droite et l?extrême droite de ne pas expulser assez, pointe du doigt la responsabilité des trois pays du Maghreb. « Il y a eu un dialogue, ensuite il y a eu des menaces. Aujourd?hui, on met cette menace à exécution », a insisté Gabriel A [...] Lire la suite

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles