Expulsions des étrangers soupçonnés de radicalisation : la France envisage une réduction "ciblée" du nombre de visas

franceinfo avec AFP
·1 min de lecture

La gouvernement réfléchit à réduire le nombre de visas attribués au responsables politiques et économiques des pays qui rechignent à reprendre leurs ressortissants en situation irrégulière et suivis pour radicalisation.

La France veut faire de l'expulsion des étrangers en situation irrégulière suivis pour "radicalisation", une priorité. Pour ce faire, le gouvernement envisage une réduction "ciblée" du nombre de visas attribués aux pays qui rechignent à reprendre leurs ressortissants en situation irrégulière, notamment ceux soupçonnés de radicalisation. "Il faut dire à ces pays qu'ils doivent reprendre les personnes qui sont identifiées comme leurs ressortissants", a déclaré le secrétaire d'Etat français aux Affaires européennes, Clément Beaune, dimanche 15 novembre, invité de l'émission "Le Grand Rendez-vous" d'Europe 1. "Nous avons des leviers pour le faire, par exemple les visas (...) en ciblant des responsables politiques, des responsables économiques", a-t-il ajouté.

La question des expulsions a pris un tour particulièrement aigu en France après les récentes attaques terroristes perpétrées, notamment l'attentat à la basilique Notre-Dame de Nice (Alpes-Maritimes), fin octobre, commis par un Tunisien récemment arrivé en Europe. En tournée dernièrement dans les pays du Maghreb, le ministre français de l'Intérieur, Gérard Darmanin, leur a présenté une liste de ressortissants en situation irrégulière et (...)

Lire la suite sur Franceinfo

Ce contenu peut également vous intéresser :

A lire aussi