Expulser des familles de délinquants de leur logement social ? Darmanin et Houlié s’opposent

Cette nouvelle proposition de Darmanin contre la délinquance ne fait pas l’unanimité dans son propre camp
JULIEN DE ROSA / AFP Cette nouvelle proposition de Darmanin contre la délinquance ne fait pas l’unanimité dans son propre camp

POLITIQUE - L’idée de lui ne plaît pas. Le président (Renaissance) de la commission des Lois à l’Assemblée, Sacha Houlié, a jugé ce samedi 29 octobre ni « constitutionnelle », ni « souhaitable » la proposition de Gérald Darmanin d’expulser des familles de délinquants de leur logement social.

« Les peines, elles sont individuelles : on est puni pour ce qu’on a fait et on n’a pas besoin d’étendre des peines à la famille ou à des personnes qui sont des tiers qui ne sont pas responsables de l’infraction qui était commise », a estimé le député de la majorité présidentielle sur France 2, comme vous pouvez le voir ci-dessous, à rebours des dernières déclarations du locataire de Beauvau.

La semaine dernière, le ministre de l’Intérieur a expliqué, sur le plateau de Cyril Hanouna, sur C8, qu’il souhaitait « généraliser l’expulsion des logements sociaux des familles » de délinquants, en précisant qu’il convenait d’écarter de cette sanction les familles en difficulté comme les familles monoparentales. « Je pense que ça n’est pas constitutionnel et par ailleurs, ça n’est pas souhaitable », a ainsi rétorqué Sacha Houlié par média interposé, ce samedi.

« Ne mettons pas tout le monde dans le même sac »

Interrogé par ailleurs sur les propos du ministre, qui avait indiqué vouloir rendre « impossible » la vie des étrangers faisant l’objet d’une obligation de quitter le territoire français (OQTF), Sacha Houlié, tenant d’une aile gauche au sein de la majorité, a estimé que « si on parle d’étrangers qui commettent des actes de délinquance, oui pour eux, il faut pouvoir rendre leur vie impossible, les expulser ».

Mais, a-t-il fait valoir, « si on parle des travailleurs, c’est-à-dire ceux qui vous servent dans les restaurants, ceux qui sont des médecins, ceux qui sont des infirmiers, des ingénieurs, eh bien je pense que pour ces personnes qui ont des renouvellements de titres - qui peuvent être (...) difficiles et qui peuvent donner lieu à des obligations de quitter le territoire -, là, on pourrit la vie de gens qui rendent service à la nation française, qui sont souvent intégrés ».

« Et donc je dis, ne mettons pas tout le monde dans le même sac, faisons le tri entre ceux qui méritent d’être expulsés et ceux qui rendent service à la nation française en remplissant des tâches qu’aujourd’hui personne ne veut remplir, dans les métiers en tension », a encore poursuivi Sacha Houlié en appelant, « pour ceux-là », à leur rendre « plutôt la vie plus facile ».

Ce n’est pas la première fois, depuis la réélection d’Emmanuel Macron à l’Élysée, que Gérald Darmanin et Sacha Houlié croisent le fer. Les deux s’étaient déjà opposés quand le patron de la Commission des Lois proposait, à l’été dernier, de mettre à l’ordre du jour le droit de vote des étrangers aux élections locales. Il « est fermement opposé à cette mesure », avait argué l’entourage du ministre de l’Intérieur, quelques heures après la sortie du député.

À voir également sur Le HuffPost :

Lire aussi