Exposition : Saviez-vous qu’il y avait des éléphants à Versailles sous Louis XIV ?

·1 min de lecture

BESTIAIRE - Une exposition s'est ouvert ce mardi au château de Versailles retraçant l'histoire de l'incroyable bestiaire qui peuplait la ménagerie sous l'Ancien régime

Chiens, chats, chevaux mais aussi coatis, casoars d’Indonésie, tigres, gazelles, singes ou éléphants peuplaient Versailles sous l'Ancien Régime : une exposition intitulée « Les Animaux du Roi » se tient à partir de ce mardi et jusqu’au 22 février ressuscite la ménagerie du célèbre château.

A l’époque du Roi-Soleil, les animaux exotiques servaient d’attraction mais faisaient aussi l’objet d’études scientifiques, artistiques et philosophiques. A travers 300 peintures, tapisseries, sculptures, objets familiers et animaux naturalisés, l’exposition retrace l’histoire de ce zoo extraordinaire, fourmillant de pélicans, poules sultanes, autruches, perroquets et panthères, souvent offerts en cadeau aux rois de France, ainsi que la vision historique et culturelle qu’en avaient les contemporains privilégiés de l’époque.

Louis XV et les chats

« Dès sa création, expliquent les commissaires de l’exposition, le château de Versailles a favorisé le développement d’un nouveau rapport au monde animal. À la Cour s’est même développée une farouche résistance à la théorie cartésienne des animaux-machines : dans le palais des rois de France, on n’a jamais douté que les animaux avaient une âme ». A Versailles, personne n’ignore la tendresse (...) Lire la suite sur 20minutes

À lire aussi :
Activision Blizzard : L’éditeur de jeu vidéo ferme son site de Versailles
Coronavirus : Faute de touristes étrangers, la fréquentation du château de Versailles s’écroule
Musée du Louvre, tour Eiffel, château de Versailles... On s'est enfilé la trilogie touristique de l'enfer

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles