Exposition : dans les ruines de Palmyre et Mossoul

Yves Jaeglé

Une exposition immersive sur les «Cités millénaires» dévastées par la guerre, à l’Institut du Monde Arabe, se révèle aussi spectaculaire que poignante.


Soudain, on a vraiment senti le souffle du vent, le vide du désert, la mémoire et la majesté des pierres, la tristesse de la guerre qui a dévasté Palmyre. On s’y sentait seul. On venait de mettre, au milieu de l’exposition, un casque de réalité virtuelle, conçu par Ubisoft, la société qui produit «Assassin’s Creed» et collabore avec l’Institut du Monde Arabe pour l’exposition immersive «Cités Millénaires, voyage virtuel de Palmyre à Mossoul ». Vous marchez, casqué, et passez du souk d’Alep, fantôme désolé lui aussi, à la basilique de Leptis Magna en Libye. Une expérience nécessaire pour comprendre la beauté saccagée, et pourtant résiliente, de ces lieux magiques balayés par les bombes de l’Etat islamique.



-

Mosquée détruite à Alep, en Syrie./ICONEM / DGAM

La réalité n’est pas toujours virtuelle. Le moment le plus poignant du parcours est beaucoup plus intime. Un artiste syrien revient chez lui à Alep. Il filme au smartphone son journal d’un retour, sa mère qui lui dit de rentrer dans l’appartement au lieu de se pencher à la fenêtre quand on entend des rafales de Kalachnikov. Le trou dans le plafond du salon causé par une bombe. Ses amis à qui il rend visite par des portes créées dans les arrières-cours, pour ne pas traverser la « rue des snipers ».

Ce vieux monsieur qui nourrit les pigeons envers et contre tout à sa fenêtre. Un chat qui traverse au péril de sa vie, hirsute. Ce mercredi matin, les premiers visiteurs de l’exposition ont les yeux embués face à tant d’humanité menacée, à ces images si rares.



-

Image 3D du souk d'Alep./ICONEM / DGAM

L’exposition multiplie les supports, comme des ruptures de rythme. Elle s’ouvre par des vues panoramiques qui reconstituent en 3D les sites endommagés de Mossoul en Irak, Alep et Palmyre en Syrie, et donc Leptis Magna en Libye, la « Rome de l’Afrique ». Des images (...)

Lire la suite sur LeParisien.fr

Cergy-Pontoise : quand les footballeuses montent sur scène
Amel Bent, coach de «The Voice Kids» : «Je voulais renouer avec ma vie de chanteuse»
Autodestruction d’une œuvre de Banksy : l’acheteuse possède «son bout d’histoire de l’art»
Petits et grands secrets de Laeticia Hallyday
Maurane racontée par sa fille : «Ma mère a retrouvé le goût de chanter avec Brel»