Exposition : Pont-Aven dévoile son «Talisman»

Yves Jaéglé, envoyé spécial à Pont-Aven (Finistère)

Le musée breton présente le petit tableau mythique de Paul Sérusier qui symbolise l’école de Pont-Aven et la naissance des nabis. Un voyage dans la peinture et la nature.


On l’avoue, on avait presque oublié ce tableau, et même ce peintre. Mais on faisait confiance au musée de Pont-Aven pour nous raconter une histoire qui éclaire un moment magique — il s’agit du « Talisman », un objet qui a un pouvoir sacré — de la peinture française. A l’origine, une petite peinture à l’histoire hors du commun : l’auteur en est Paul Sérusier, mais « sous la direction de Paul Gauguin », dit-il, et le nom du tableau ne vient pas de lui, mais des nabis, les « prophètes de la couleur » qui la baptisent « le Talisman ».

Car le tableau, prêté par le musée d’Orsay, partenaire de celui de Pont-Aven et qui accueillera ensuite l’exposition à Paris, symbolise un basculement : on y voit la rivière de l’Aven, des arbres qui se reflètent dans l’eau, une maison au fond, mais surtout des taches de couleur.


-

« Le Talisman, l’Aven au Bois d’Amour », huile sur bois (H. 27 ; L. 21 cm). /RMN - Grand Palais (musée d’Orsay)/Hervé Lewandowski

« On n’imite plus ce que l’on voit, on retranscrit des émotions, avec des teintes très vives et saturées », résume Estelle Guille des Buttes-Fresneau, directrice du musée de Pont-Aven. Paul Sérusier l’a peint sans aucun dessin préparatoire et à toute vitesse, dans le bois d’Amour qui borde le village élu par une génération de peintres.

Explosion de la couleur

C’est un été particulier, celui de 1888. La dernière exposition impressionniste a eu lieu en 1886, et encore, sans Monet et Renoir, qui ont quitté le groupe. Un moment s’achève, un autre commence, des symbolistes aux nabis.

Les 78 tableaux exposés, dont 18 prêtés par Orsay, d’autres par les musées bretons de Morlaix à Nantes, et des raretés venues de collections particulières, témoignent d’une explosion de la couleur, déjà presque fauve. Emile Bernard a 20 ans, il peint « l’Arbre jaune », un autre talisman (...)

Lire la suite sur LeParisien.fr

Bertrand Chameroy de retour dans «TPMP»
Dans son dernier morceau, R. Kelly révèle avoir été victime d’attouchements
Votre été 2018 en Ile-de-France et Oise : faites le plein d’idées de sorties
Elsa Esnoult, la nouvelle «Hélène et les garçons»
A Soissons, l’abbaye se visite au XVIIe siècle grâce à la réalité virtuelle