Exposition photo : la jeunesse soudanaise fait sa révolution

·1 min de lecture
Halima Ishaq, militante sociopolitique, prononce un discours sur le Darfour et la justice transitionnelle lors du sit-in du quartier général de l’armée, Khartoum, 19 avril 2019.
Halima Ishaq, militante sociopolitique, prononce un discours sur le Darfour et la justice transitionnelle lors du sit-in du quartier général de l’armée, Khartoum, 19 avril 2019.

L'exposition « ?Thawra? ! Révolution? ! Soudan, histoire d?un soulèvement? »* réunit les témoignages en images de huit jeunes photographes et acteurs d?un soulèvement populaire qui aura duré 5 mois et entraîné la chute, le 11 avril 2019, de l?inamovible Omar el-Bechir, à la tête du pays depuis 30 ans.

Des civils escaladent d?énormes panneaux publicitaires pour crier « liberté, paix et justice ». Sit-in, quartier général militaire, Khartoum, 19 avril 2019. © Ahmed AnoAu mépris de bien des dangers, ils ont documenté cette révolution qui a poussé des milliers de Soudanaises et de Soudanais dans les rues, diffusant leurs photos sur les réseaux sociaux. Pour plus de discrétion, le téléphone portable est bien souvent l?outil indispensable. Ils ne sont pas photographes de profession, on ne vit pas de la photographie au Soudan. Ils voulaient raconter, archiver et conserver la mémoire de ces événements, des preuves de la répression, mais aussi de la détermination des Soudanais pour mettre fin à une dictature, à l?emprise des militaires et des religieux.

Un petit enfant aide à installer des barrages routiers devant sa maison pour empêcher les voitures des services secrets d?entrer dans le quartier. Shambat, Khartoum, janvier 2019. © Metche Jaafar

Cette exposition est aussi l?histoire d?une rencontre, celle de la photographe française Juliette Agnel, partie au Soudan en janvier 2019 pour photographier le ciel étoilé et les sites archéologiques du désert nubien, et d [...] Lire la suite

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles