Exposition : au Centre Pompidou, l'auteur de bande dessinée Chris Ware est mis à l'honneur

© Chris Ware

Cet homme a réinventé la BD. Après Art Spiegelman, Claire Bretécher, Franquin, Riad Sattouf et Catherine Meurisse, c’est au tour de Chris Ware d’être mis à l’honneur à la Bibliothèque publique d’information du Centre Pompidou de Paris. Plus de 80 planches originales (des grands formats aux traces de crayon bleu), carnets de notes, croquis, films d’animation et objets en bois donneront à voir, à partir de mercredi, l’étendue des talents de l’Américain. Sans oublier l’affiche de l’exposition où cet auteur génial, grand prix du festival d’Angoulême 2021 , encensé par ses pairs et par la critique, se met lui-même en abyme.

Lire aussi - Festival de la bande dessinée d’Angoulême : de Riad Sattouf à Rutu Modan, nos 7 albums coups de coeur

Dans ce parcours principalement chronologique, ses publications font office de jalons. En particulier Jimmy Corrigan, le roman graphique qui le fit connaître, sacré meilleur album à Angoulême en 2003. L’histoire d’un trentenaire falot qui part rencontrer son père, qu’il n’a pas connu. L’artiste de 54 ans a un don pour explorer le temps qui passe, sonder la mémoire, et scruter, tel un entomologiste, la vie de gens ordinaires. Pour preuve, ces planches (comme celle où son antihéros tente d’imaginer à quoi peut ressembler son géniteur) foisonnant de détails, de cases minuscules. Une œuvre littéraire d’un nouveau genre.

Mais l’exposition remonte plus loin. À ses premiers dessins publiés dans Raw, la revue d’avant-garde dirigée par Spiegelman. Quand c...


Lire la suite sur LeJDD

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles