Exposition à l'abbaye de Daoulas : Afrique, les religions de l'extase

Mohau Modisakeng

L’Abbaye de Daoulas, magnifique site dans le Finistère, ouvre les portes d'une exposition qui nous emmène à la découverte de la multiplicité des cultes religieux africains. Mysticisme, ferveur, intégration des esprits jusque dans le quotidien nous mènent sur le chemin de la transe.

La très grande diversité des religions en Afrique est méconnue aujourd’hui du grand public. C’est de ce constat qu’est né l’idée de l’exposition « Afrique, les religions de l’extase » qui a ouvert ses portes le 3 juin 2022 à l’abbaye de Daoulas (Finistère). Car nombre de pratiques cultuelles africaines, pratiquées également dans les Amériques et en Europe par les diasporas, vise à atteindre l’extase : soit une expérience des croyants qui consiste à accueillir en eux le divin, à sortir de soi et du monde, en passant bien souvent par des expériences de transe et d’altération de la conscience. "Le point commun des pratiques présentées, c’est la forme extatique, qu’elle soit obtenue par les prières, le jeûne ou l’alcool, explique l’anthropologue belge Boris Wastiau, commissaire de l’exposition inspirée de son travail de thèse mené dans les années 1990 et au début des années 2000. Elle est très majoritairement présente dans les religions africaines, y compris chrétiennes. Cela demeure contemporain et est désormais pratiqué un peu partout dans le monde".

L'église du Kimbanguisme revendique aujourd’hui 30 millions de pratiquants dans le monde

Cette exposition originale est présentée par le musée d’ethnographie de Genève, qui a prêté plus de 300 pièces de ses collections, complétées par les travaux de terrains de photographes et vidéastes partis à la rencontre des pratiquants. Le parcours, qui se veut immersif, s’accompagne d’un décor sonore lancinant et des installations vidéo hypnotiques de l’artiste Theo Eshetu, aujourd’hui installé à Berlin. Deux d’entre elles peuvent d’ailleurs heurter les plus sensibles, car elles donnent à voir – de manière syncopée ou sous forme caléidoscopique ce qui édulcore leur portée – le sacrifice animal, l’une des composantes de nombreuses pratiques rituelles servant à honorer les ancêtres.

Avant l’arrivée des monothéismes, le continent Noir comptait plusieurs milliers de sociétés traditionnelles, chacune ayant un système religieux propre. [...]

Lire la suite sur sciencesetavenir.fr

A lire aussi

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles