"On est plus exposé" : face au Covid, la (difficile) protection des SDF s'organise

·1 min de lecture

Le gouvernement ne remettra personne à la rue à l'issue de la trêve hivernale. Les places d'hébergement d'urgence ouvertes aux sans-abris pendant l'épidémie seront prolongées jusqu'en mars 2022. Un soulagement pour les plus précaires, hébergés pour certains dans des hôtels, comme l'hôtel Avenir géré par l'association Emmaüs Solidarité, dans le 9e arrondissement de Paris. Il y a six mois cet établissement est devenu un centre d'hébergement, en pleine deuxième vague du Covid-19. Depuis, il accueille près de 84 hommes isolés.

 >> EN DIRECT -Coronavirus : suivez l'évolution de la situation lundi 24 mai

Cette solution d'urgence mise en place pendant la pandémie reste encore essentielle aujourd'hui selon Bruno Morel, le directeur général d'Emmaüs Solidarité. "Ce sont des publics qui, par définition, sont fragiles, mais qui le sont encore plus parce que leur parcours de rue les rend particulièrement exposés aux risques liés au Covid-19", fait-il valoir auprès d'Europe 1.

"On est plus exposé à l'extérieur qu'ici"

Exposition à la maladie, difficulté de s'abriter pendant les confinements successifs, manque de lien social... autant de raisons qui expliquent l'apaisement de Nicolas, 60 ans et à la rue depuis cinq ans, lorsqu'il a appris le prolongement de l'accueil jusqu'à mars 2022. "C'est un grand soulagement. On est plus exposé à l'extérieur qu'ici, où l'on nous fournit les masques et tout ce dont on a besoin au niveau de l'hygiène. Aujourd'hui, étant donné ma situation de sans...


Lire la suite sur Europe1