Les exportations d'armes se stabilisent pour la première fois depuis le début du siècle

·2 min de lecture

Le commerce international des armes s'est stabilisé au cours des cinq dernières années, indique dans son rapport, publié ce lundi 15 mars, l'Institut international de recherche sur la paix, dont le siège est à Stockholm. Une première depuis le début du siècle qui s'explique, selon le Sipri, par le fait que plusieurs pays importateurs se sont lancés dans la fabrication d'armes, à l'instar de la Chine.

Il y a comme un paradoxe dans le commerce des armes : partout les dépenses militaires sont en hausse, progressant de près de 4% sur un an, pour atteindre 1 830 milliards de dollars, et pourtant les exportations stagnent.

Une stabilisation, note l'institut Sipri, qu'il faut toutefois nuancer, car ces cinq dernières années, trois des cinq plus grands exportateurs, les États-Unis, la France et l'Allemagne, ont augmenté leurs ventes, en particulier à destination du Moyen-Orient.

En revanche, plus à l'est, en Inde notamment, autrefois le plus grand importateur d'armes au monde, les acquisitions de matériel étranger ont chuté d'un tiers, et ce en partie en raison de la volonté de New Delhi de réduire sa dépendance en privilégiant le « Made in India ».

Production locale

La production locale d'armes est une tendance observée ces dernières années dans plusieurs pays importateurs. Et la Chine en est le parfait exemple : elle possède déjà notamment deux porte-avions, en construit un troisième, et ces douze derniers mois, elle s'est renforcée avec des avions, des destroyers ou encore la mise à l'eau de deux nouveaux porte-hélicoptères d'assaut amphibies.

Pékin a annoncé, il y a quelques jours, un budget militaire dépassant les 200 milliards de dollars, en hausse de 6%. Un budget qui, bien sûr, profite pleinement à son industrie de défense.