Exportations de céréales bloquées : la Russie accusée de faire peser un risque de famine

© SICCOLI PATRICK/SIPA

Une décision dénoncée par le monde occidental. Samedi 29 octobre, la Russie annonçait se retirer de l'accord sur les céréales . Moscou a assuré que cette décision a été prise après une attaque de drones sur ces navires, mais l'Ukraine a dénoncé « un faux prétexte » et appelé à faire pression pour que la Russie « s'engage à nouveau à respecter ses obligations » pour cet accord conclu en juillet sous égide de l'ONU et de la Turquie, le seul entre Moscou et Kiev depuis le début du conflit .

Aucun bateau en mer ce dimanche

Le Centre de coordination conjointe (JCC) chargé de superviser cet accord a confirmé qu'aucun mouvement de cargos n'avait été validé pour la journée de dimanche. Neuf cargos ont pu emprunter samedi le corridor maritime en Mer Noire et « plus de dix autres » sont prêts à en faire autant dans les deux sens, précise le Centre.

Pour le président ukrainien, Volodymyr Zelensky, « il s'agit d'une intention transparente de la Russie de faire peser à nouveau le spectre d'une famine à grande échelle en Afrique et en Asie », a-t-il ajouté. Selon lui, au moins 176 navires transportant plus de deux millions de tonnes de céréales étaient déjà bloqués par Moscou.

Une décision condamnée par les États-Unis

Le président américain Joe Biden a jugé « scandaleuse » la décision de la Russie. « Il n'y avait aucune raison pour eux de faire cela », a-t-il déclaré. Le secrétaire d'État Antony Blinken a déclaré : « En suspendant cet accord, la Russie utilise à nouveau la nourriture comme ...


Lire la suite sur LeJDD