Explosions à Beyrouth: la ville marque la minute de l'explosion, une semaine après

Fanny Rocher
·1 min de lecture
Des habitants de Beyrouth se sont rassemblés pour commémorer la minute à laquelle une explosion a ravagé la ville il y a une semaine. - PATRICK BAZ
Des habitants de Beyrouth se sont rassemblés pour commémorer la minute à laquelle une explosion a ravagé la ville il y a une semaine. - PATRICK BAZ

A 18h08 ce mardi, les cloches des églises ont retenti et les mosquées ont lancé simultanément l'appel à la prière, à l'heure exacte à laquelle l'explosion du port de Beyrouth ravageait la capitale libanaise le 4 août, il y a une semaine.

La déflagration a fait au moins 171 morts et 6000 blessés, et une trentaine de personnes sont encore portées disparues. Près de 300.000 habitants sont sans abris. L'explosion est également à l'origine d'un séisme politique qui a déjà provoqué la chute du gouvernement lundi.

Garde-à-vous à l'heure de l'explosion

A l'entrée du port, plusieurs centaines de personnes, pour la plupart vêtues de blanc, se sont rassemblées, certaines venues de Gemmayzé, un quartier tout proche dévasté par l'explosion.

Brandissant des pancartes affichant chacune le nom d'une victime, sa nationalité et un cèdre vert, emblème du Liban, elles se sont mises au garde-à-vous à l'heure exacte à laquelle s'est produite l'explosion qui a soufflé des quartiers entiers. Certains pleuraient, d'autres retenaient à grand-peine leurs larmes.

Des images de l'explosion et de scènes de panique suscitées dans les quartiers proches du port, transformés en champs de ruines chancelantes, étaient diffusées sur un écran géant.

Enterrer "le pouvoir"

"Nous ne ferons pas notre deuil, nous ne porterons pas le noir avant d'avoir enterré le pouvoir", a lancé l'un des orateurs.

Une autre égrainait l'interminable liste des noms des victimes, qui défilaient aussi sur l'écran.

"Tous, ça veut dire tous", scandaient-on parmi les centaines de personnes venues rendre hommage aux victimes, pour réclamer le départ de la classe politique qu'elles rendent responsable du drame.

Article original publié sur BFMTV.com