Explosions à Beyrouth: un entrepôt de feux d'artifice se trouvait à côté celui de nitrate d'ammonium

Salomé Vincendon
·1 min de lecture
Le port de Beyrouth quelques minutes après les déflagrations - STR / AFP
Le port de Beyrouth quelques minutes après les déflagrations - STR / AFP

Une double explosion a provoqué des dégâts sans précédent dans la capitale libanaise mardi soir, faisant au moins 100 morts et plus de 4000 blessés. Environ 2750 tonnes de nitrate d'ammonium étaient stockées dans l'entrepôt du port de Beyrouth qui a explosé. Plusieurs informations ont circulé expliquant qu'un hangar contenant des feux d'artifices avait également explosé.

Badri Daher, directeur des douanes locales, a assuré ce mercredi matin à la presse qu'il y avait effectivement un entrepôt de feux d'artifice à côté de celui de nitrate d'ammonium qui est parti en fumée, écrit L'Orient-Le Jour. Il n'est toutefois pas précisé si ce deuxième entrepôt a lui aussi explosé.

"Il est inadmissible qu'une cargaison de nitrate d'ammonium, estimée à 2750 tonnes, soit présente depuis six ans dans un entrepôt, sans mesures de précaution", a déclaré devant le Conseil supérieur de défense le Premier ministre Hassan Diab mardi soir.

Le nitrate d'ammonium est un sel blanc et inodore utilisé comme base de nombreux engrais azotés sous forme de granulés, et a causé plusieurs accidents industriels dont l'explosion de l'usine AZF à Toulouse en 2001. Ce ne sont pas des produits combustibles: ce sont des comburants, c'est-à-dire qu'ils permettent la combustion d'une autre substance déjà en feu.

Selon les dernières déclarations du gouverneur de Beyrouth ce mercredi, les dommages s'étendent à près de la moitié de la ville, et son estimés à plus de trois milliards de dollars.

Article original publié sur BFMTV.com