Explosion de Trévise : qui sont les deux pompiers décédés ?

Vincent Gautier avec Jérémie Pham-Lê
Simon Cartannaz, 28 ans, et Nathanaël Josselin, 27 ans

Le caporal-chef Simon Cartannaz et le 1re classe Nathanaël Josselin ont perdu la vie ce samedi matin dans l’explosion rue de Trévise.


Samedi matin, vers 9 heures, trois sapeurs-pompiers sont arrivés au 6, rue de Trévise, à Paris, pour trouver l’origine d’une suite de gaz signalée par une résidente. Une dizaine de minutes plus tard, une explosion s’est produite. Le caporal-chef Simon Cartannaz, 28 ans, et le 1re classe Nathanaël Josselin, 27 ans, succombent à leurs blessures peu après. Le 1re classe Maxime Acard, enseveli sous les gravats, a pu être secouru et hospitalisé dans un état grave. Ses jours ne sont plus en danger. L’explosion a également causé la mort d’une touriste espagnole.

LIRE AUSSI > Explosion à Paris : le récit d’une journée dramatique

Simon Cartannaz avait intégré les pompiers de Paris il y a plus de cinq ans et était affecté à la caserne de Château d’Eau, dans le Xe arrondissement. Le caporal-chef était originaire d’Entremont-le-Vieux, petit village savoyard de quelques centaines d’âmes où il avait fait partie des pompiers volontaires, selon Le Dauphiné libéré. « C’était un enfant du pays qui avait la farouche volonté de servir les autres », a réagi le maire de la commune Jean-Paul Claret.

L’hommage de Macron

Nathanaël Josselin était également basé à la caserne de Château d’Eau. Pompier de Paris depuis 2014, il était originaire de l’Yonne et était pompier volontaire à Brienon-sur-Armançon depuis juillet 2007, a indiqué le SDIS 89 " target="_blank" rel="nofollow">dans un communiqué sur Facebook. Père d’un petit garçon de 4 ans, Nathanaël Josselin « s’était notamment investi dans l’animation de la section des Jeunes Sapeurs-Pompiers », a précisé le Service départemental d’incendie et de secours.

Interrogé par France Bleu Auxerre, Florent, l’un de ses anciens camarades de caserne dans l’Yonne évoque « quelqu’un de très bien », un homme « gentil, souriant ». « Je le voyais s’entraîner tous les soirs qu’il pleuve ou qu’il (...)

Lire la suite sur LeParisien.fr

Gilets jaunes, acte 9 : les soldes commencent mal à Paris
Explosion à Paris : le récit d’une journée dramatique
Explosion à Paris : la mairie du IXe transformée en centre d’accueil d’urgence
Explosion rue de Trévise : «Le réseau de gaz à Paris est dans un état catastrophique»
Resto à Paris : on a testé la nouvelle « pizza portefeuille » !