Explosion dans l'est de la Pologne: les appels à la prudence se multiplient

AP - Evgeniy Maloletka

Mardi 15 novembre en Pologne, le village de Przewodow, à 7km de la frontière ukrainienne, a été touché par un missile, alors que la tension est déjà très vive dans la région. Les appels à la désescalade se multiplient depuis, car une simple étincelle pourrait entraîner une aggravation de la crise.

L'armée polonaise est en état d'alerte renforcée et le Conseil de sécurité nationale polonais devait à nouveau se réunir ce mercredi matin. Mais selon le président polonais Duda, il n’y a pas de « preuve » sur l'origine du tir du missile meurtrier, « très probablement de fabrication russe ». L’enquête est en cours sur l'origine du tir et les équipes d’experts sont sur les lieux de l’explosion, rapporte notre correspondant à Varsovie, Martin Chabal. La Pologne a renoncé ce matin à invoquer l’article 4 du traité de l’Atlantique nord, qui prévoit des consultations en cas de menaces pour la sécurité d’un pays, son indépendance politique ou son intégrité territoriale.

Réunion de l'OTAN ce matin

L’explosion s’est produite, rappelle Jens Stoltenberg, au moment où la Russie a déclenché une vague massive de frappes. On en est donc à la désescalade, mais les alliés ont cependant manifesté leur solidarité envers l’Ukraine : l’OTAN mobilise des armements supplémentaires de défense antiaérienne sur sa frontière orientale, et l’Allemagne a par exemple offert à l’Ukraine le déploiement de patrouilles d’avions de chasse sur ses frontières avec l’Ukraine et la Russie, comme l’avait annoncé le Premier ministre Mateusz Morawiecki.

(et avec agences)


Lire la suite sur RFI