Explosion d'un immeuble à Paris : "On n'a plus d'affaires, plus de papiers, plus de portable, plus rien"

Grégoire Lecalot
Plusieurs habitants évacués après de l'explosion d'un immeuble à Paris ne peuvent pas regagner leur logement, avant au moins 48 heures.

Devant le 6 rue de Trévise, à Paris, il ne reste plus rien de la boulangerie où a eu lieu l'explosion, samedi 12 janvier. Pompiers, secouristes et policiers marchent sur un tapis de verre brisé et s'activent à déblayer les débris, les carcasses de voitures comme défoncées par des centaines de marteaux, la devanture du magasin éventrée.

>>VIDEO. Explosion d'un immeuble à Paris : les images saisissantes des premiers instants qui ont suivi le drame

Toutes les fenêtres de l'immeuble sont ouvertes, ballantes, comme mortes. Le souffle de l'explosion s'est propagé sur 100 mètres dans quatre rues adjacentes. David n'est pas prêt d'oublier. "On a eu beaucoup de chance", raconte ce Martiniquais venu en vacances avec sa femme et ses deux enfants. Son hôtel était situé juste en face. Sonné, évacué d'urgence, il y a tout laissé. "On était au 6e étage, l'hôtel s'est à moitié effondré. On s'est retrouvés à moitié nus dans la rue, dans les décombres. Toutes nos affaires sont restées dans l'hôtel parce qu'on a quitté les lieux en pleine urgence. Donc, on n'a plus d'affaires, plus de papiers, plus de portefeuille, plus de portable, plus rien."

Douze immeubles entièrement condamnés

David ne pourra pas tout de suite récupérer ses affaires. L'hôtel fait partie des douze immeubles entièrement condamnés par la préfecture de (...)

Lire la suite sur Franceinfo

A lire aussi