Comment expliquer la vague de violence anti-française au Pakistan ?

·1 min de lecture

La nouvelle a surpris, jeudi en fin de matinée : la France demande à ses ressortissants et ses entreprises installés au Pakistan de quitter le pays, faisant état de menaces sérieuses sur les intérêts français. Derrière ces craintes se trouve en fait une promesse non-tenue d'expulser un diplomate, et une rancœur ravivée. Europe 1 fait le point. 

>> Retrouvez la matinale du jour en replay et en podcast ici

Une promesse d'expulser l'ambassadeur avant avril 

Pour comprendre, il faut remonter au mois d'octobre, juste après l'assassinat du professeur Samuel Paty en France. Emmanuel Macron défend alors le droit à la caricature et donc les dessins de Mahomet. Ses déclarations suscitent un tollé dans le monde musulman notamment au Pakistan, où, pour calmer les esprits, le gouvernement propose d'expulser l'ambassadeur de France avant le mois d'avril.

Sauf que ledit ambassadeur est toujours là. Et le principal parti islamiste radical multiplie donc, à nouveau, les manifestations anti-françaises pour réclamer son départ. D'où la consigne donnée par Paris. 

Des Rangers déployés à proximité de l'ambassade

Mais combien de personnes concerne-t-elle exactement ? Moins d'un millier de Français vivent au Pakistan. La grande majorité ont la double nationalité, et "les binationaux ne sont pas identifiés comme des ressortissants français par le public", assure à Europe 1 Hussein, un Franco-Pakistanais de Karachi. "Certaines marques françaises peuvent être affectées", ajoute-t-il cependant.&nbs...


Lire la suite sur Europe1