Comment expliquer la fulgurante reprise de l’épidémie de Covid-19 en Inde ?

The Conversation, Site d'information
·2 min de lecture
The Conversation
The Conversation

L’Inde est en proie à une deuxième vague de Covid-19 massive. Le nombre de nouvelles infections quotidiennes dépassant désormais ceux des États-Unis et du Brésil réunis. Le pic actuel est survenu après une brève accalmie : le nombre de nouveaux cas quotidiens était passé de 97.000 en septembre 2020 à environ 10.000 en janvier 2021. Cependant, à partir de la fin du mois de février, les nouveaux cas quotidiens ont recommencé à augmenter fortement, dépassant les 100.000 cas par jour. Deux mois plus tard, la barre des 200.000 cas est franchie (ndlr : voire largement dépassée : plus de 350.000 nouveaux cas ont été enregistrés en 24 heures ce dimanche 25 avril).

Que sait-on du « double mutant » indien du coronavirus ?

Les couvre-feux et les fermetures du week-end ont été rétablis dans certains États comme le Maharashtra, y compris dans la capitale économique du pays, Mumbai. Les services de santé et les crématoriums sont débordés, les kits de dépistage manquent, et les délais d’attente pour l’obtention des résultats s’allongent.

Comment la pandémie s’est-elle propagée ?

Les habitants des quartiers pauvres et ceux dont les logements sont dépourvus de toilettes ont été les plus touchés, ce qui laisse supposer que le manque d’hygiène et la promiscuité ont contribué à la propagation. Lors des débats sur les raisons de cette recrudescence des cas, un mot a dominé les discussions : laaparavaahee (en hindi), que l’on peut traduire par « négligence ». Cette négligence incomberait aux individus qui ne portent pas de masques et ne respectent pas la distanciation sociale. Mais ce n’est qu’une partie de l’histoire.

La négligence peut aussi être vue en tant que l’absence quasi totale de réglementations ou, quand celles-ci existaient, que ce soit sur les lieux de travail ou dans les espaces publics, par leur manque d’application. Les congrégations religieuses, sociales et politiques ont contribué directement à la propagation du virus par le biais de l’organisation d’événements

> Lire la suite sur Futura

À lire aussi sur Futura