On vous explique pourquoi certains redoutent la privatisation d'Aéroports de Paris

franceinfo avec AFP
En dépit de nombreuses réserves, l'Assemblée doit donner son feu vert à la privatisation du groupe aéroportuaire français, dans le cadre de l'examen de la loi Pacte.

L'Etat peut-il vendre ses "bijoux de famille" ? Le gouvernement veut privatiser le groupe Aéroports de Paris (ADP). Cette privatisation sera rendue possible par l'adoption de la loi Pacte (Plan d'action pour la croissance et la transformation des entreprises). Le projet de loi doit être examiné en seconde lecture par les députés à partir du mercredi 13 mars.

La perspective d'une privatisation du groupe aéroportuaire provoque de nombreuses critiques. A droite comme à gauche, les oppositions dénoncent une atteinte au patrimoine national, invoquant aussi des arguments économiques autant que des questions de souveraineté ou de sécurité. Pourquoi le gouvernement souhaite-t-il privatiser ADP et pourquoi cela suscite de nombreuses inquiétudes ? Franceinfo vous en dit plus.

Que prévoit le projet de loi ?

Aéroports de Paris, l'un des principaux groupes aéroportuaires mondiaux, bénéficie d'un droit d'exploitation exclusif et sans limitation de durée des aéroports de Paris-Charles-de-Gaulle, Paris-Orly, Paris-le-Bourget ainsi que de dix aérodromes en Ile-de-France. Le projet de loi Pacte prévoit la suppression de l'obligation pour l'Etat de détenir la majorité du capital d'ADP (il détient actuellement 50,6% du capital), ouvrant ainsi la voie à sa privatisation. Le Figaro (article payant) évoque trois scénarios : "Une vente à un seul acteur, une vente à des acteurs diversifiés ou une vente d'une partie (...)

Lire la suite sur Franceinfo

A lire aussi