Expats à Shanghai, tous alcooliques ?

PHOTO Kaicho20 / PIXABAY / CC

S’il y a une chose que j’ai remarquée chez les expatriés de Shanghai, c’est qu’ils sont davantage portés sur la boisson et les “modes de vie alternatifs” que s’ils n’étaient pas partis en Asie pour prendre part au miracle économique chinois.

On rencontre généralement des membres aguerris de la “communauté expat” dans n’importe quel endroit qui sert de l’alcool, des bars à bière artisanale de Yongkang Road aux clubs surtaxés du Bund [artère chic de Shanghai]. Mais ce qui me frappe le plus, et qui me semble unique dans le spectacle hédoniste offert par les étrangers de Shanghai, c’est l’absence de joie.

Il y a bien une jovialité, mais elle est forcée : la crispation de leur mâchoire et leurs traits tirés trahissent des nuits blanches agitées, des dégustations de vin à répétition et des soirées dans les villas cossues [des quartiers] de Jinqiao et de Hongqiao. C’est comme si l’impact conjugué du choc culturel, de l’ennui, du mal du pays et du cafard susceptibles de frapper tous les étrangers installés en Chine se mesurait directement à la quantité d’alcool qu’ils ingurgitent.

Explosion de la consommation d’alcool

La multiplication des bars et des clubs en construction à travers la ville est directement liée à l’explosion de la consommation d’alcool. Dans les magazines de loisirs destinés aux expats, par exemple, les rares articles vaguement informatifs sur la culture chinoise sont noyés depuis belle lurette par des articles à rallonge sur les nouveaux bars et des publicités pour des boîtes de nuit.

Et ce ne sont plus seulement les célibataires mâles qui sortent en ville. On dénombre de plus en plus de femmes dans les rangs des cadres supérieurs affectés à l’étranger. Le cliché de l’épouse qui se morfond toute la sainte journée dans une villa déserte en éclusant des bouteilles de pinot grigio se décline aujourd’hui aussi au masculin, et touche toutes les nationalités et professions. Ce qui n’a pas changé, en revanche, c’est la tendance des étrangers qui vivent dans les banlieues de Shanghai à conjurer l’isolement et l’ennui en buvant plus que de raison.

[...] Lire la suite sur Courrier international

Sur le même sujet :

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles