Expériences sans gravité : déplacer des objets sans les toucher, avec la force du son !

·2 min de lecture

Dans le cadre de l’étude de l’Agence spatiale européenne (ESA) « Ultrasonic Tweezers », ou pinces à ultrason en français, les astronautes cherchent à contrôler des matériaux avec la force du son. En réalité, la manipulation sans contact existe déjà depuis 1987 sous la forme d'une pince optique. Cette technique est communément utilisée en biologie pour déplacer délicatement des cellules. Par contre, elle ne fonctionne pas sur une grande variété d'objets, d'où l'intérêt d'étudier des pinces utilisant le son. Celles-ci s'avèrent efficaces sur une multitude de tailles et de matériaux. 

Le fonctionnement des pinces acoustiques

L’appareil, tenu par Thomas Pesquet sur la photo ci-dessous, envoie sur l’objet à manipuler des faisceaux d’ultrasons, et en le rencontrant ces derniers exercent une certaine force. De cette façon, une sorte de piège est formé, et le matériau ne peut plus y échapper. En déplaçant le faisceau acoustique, qui est d'ailleurs inaudible pour l'oreille humaine, l’objet bouge aussi vers une nouvelle position, à distance, précisément, et sans aucun contact. Dans les laboratoires de l'ISS, les tests menés consistent à attraper des objets de différentes compositions, poids et formes, à les déplacer et à les relâcher. 

Sur Terre, cet exploit a déjà été réalisé, mais de façon limitée. Tout d’abord, seulement des objets très légers ont été soulevés, tels que du polystyrène. Puis cela s’est fait verticalement, à l’opposé de la force de gravité terrestre. Maintenant que ces manipulations, tout de même impressionnantes, ont été un succès, l’objectif pour les astronautes a été de les compliquer un peu : utiliser des objets plus lourds, et faire varier les directions. Dans ce contexte, ils...

> Lire la suite sur Futura

À lire aussi sur Futura

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles