Expédier ses déchets en Malaisie a coûté très cher à une société française

Le transport des déchets est devenu un enjeu important entre les pays qui ont durci leur politique dans ce domaine. La France a ainsi infligé une amende de 192.000 euros à une société de courtage pour avoir envoyé 20 conteneurs de déchets plastiques en Malaisie, qui les avait ensuite renvoyés dans l'Hexagone, a annoncé ce jeudi 14 novembre le ministère de la Transition écologique, qui évoque une première. Les conteneurs avaient été convoyés cet été, avant d'être renvoyés dans la foulée par la Malaisie, qui les a jugés non conformes et en a notifié la France, a précisé le ministère, confirmant une information du Parisien.

Le ministère explique être ensuite remonté jusqu'à la société de courtage en déchets, basée dans le sud de la France. Le nom de l'entreprise n'a pas été communiqué. Cette "amende administrative", qui s'accompagne d'un signalement à la justice, constitue une première en France, alors que les pays d'Asie du sud-est multiplient depuis quelques mois les renvois de ce type en vertu de la convention de Bâle sur les déchets dangereux.

Chaos sur le marché du recyclage

"En infligeant cette amende très forte, la France envoie un signal clair à certaines sociétés de courtage, et à leurs clients, les entreprises du recyclage, pour qu'elles mettent fin à ces pratiques", souligne-t-on au ministère. Depuis juin, Jakarta par exemple a renvoyé plusieurs centaines de conteneurs de déchets jugés non conformes (mélange d'ordures, emballages plastiques et déchets dangereux) vers leur pays d'origine, Etats-Unis, Grande-Bretagne, Allemagne, France, Hong Kong et Australie.

>> A lire aussi - Rome : la crise des déchets n’en finit pas

La décision de la Chine en 2018 de cesser l'importation de déchets plastiques a suscité le chaos sur le marché mondial du recyclage. Les pays développés ont dû trouver de nouveaux débouchés pour leurs déchets, submergeant plusieurs pays du sud-est asiatique, qui se sont à leur tour rebiffés. La France, comme d'autres pays, s'attend ainsi à recevoir encore

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Arrêts maladie bidon : une dérive qui nous coûte toujours très cher
Tourner un film à l'Élysée c'est possible, mais très cher !
Prélèvement à la source : l'année blanche a coûté des milliards à l'Etat
Nobel d'économie : une française parmi les lauréats
Une deuxième banque française envisage de taxer les dépôts de ses clients